Fiberead : aider les auteurs à trouver une place en Chine, par la traduction

Nicolas Gary - 10.03.2015

Lecture numérique - Acteurs numériques - Chine auteurs - traduction écrivain - plateforme vente


La société Fiberead a été fondée en 2011. Runa Jiang est devenue la créatrice d'une entreprise simplifiant, pour les auteurs, l'accès à l'a publication. Avec un marché du livre en Chine estimé à 20 milliards $, le livre numérique est un segment à croissance rapide. Et porteur. Sauf que les auteurs étrangers ont toutes les peines du monde à y entrer. Fiberead sert alors d'intermédiaire.

 

 

 

 

Actuellement, la firme participe à un programme destiné à soutenir 500 startups. Jiang s'est lancée voilà quatre ans, constatant que les plateformes se multipliaient en Chine. Et dans le même temps, l'industrie traditionnelle du livre ne parvient pas à faire face à la demande des lecteurs. 

 

Les premiers ouvrages se sont orientés sur l'internet, l'esprit d'entreprise, le développement personnel ou encore, des biographies. Avec 100 auteurs et 200 titres disponibles, la distribution numérique s'effectue sur les sites de vendeurs classiques, comme Amazon et iBooks, ainsi que les acteurs chinois, Alibaba, Baidu, ou Dangdang. 

 

Chaque année, explique Jiang, plus d'un million de livres anglais sont publiés en chinois, mais seuls 10.000 sont traduits en chinois. « La plupart des meilleurs écrivains des États-Unis n'ont jamais eu la chance d'être traduits en Chine. »

 

Travaillant avec une équipe de 300 traducteurs, la société tente de pallier ce manque, avec des délais très serrés : en deux ou trois mois, une œuvre peut être transformée en version chinoise. Pour le plus grand plaisir des auteurs. 

 

Et Fiberead garde un œil particulièrement vigilant sur les sites de contrefaçon. « Nous travaillons avec nos auteurs pour protéger leur propriété intellectuelle en Chine, en observant et signalant des utilisations illégales des œuvres de nos clients. La demande chinoise est importante pour les expéditions internationales et de nombreux livres sont traduits illégalement, et disponibles en ligne, car aucune traduction légitime n'est disponible. » (via TechCrunch)

 

Depuis mars, la Chine impose aux auteurs qui publient sur internet d'utiliser leur véritable identité, et de ne plus recourir à des pseudonymes. Le directeur de l'Administration de Chine, pour le cyberespace, Xu Feng, précisait prendre « le système de véritable identité en tant que principe, et pour objectif majeur cette année, et l'étendrons à d'autres industries en ligne, telles que les forums et les plateformes de micro-blogging ».