Fiction audio : découvrir le “film pour les oreilles”

Neil Jomunsi - 14.03.2018

Lecture numérique - Usages - fiction audio livre - récit audio ambiance - lecture ériture plaisir


Partir à la recherche des nouveaux processus de création, infiniment, ou tenter d’associer les outils existant pour fabriquer ses propres trames ? Neil Jomunsi, habitué de nos colonnes revient ici sur sa propre expérimentation de la fiction audio. Plus qu’un audiobook, très en vogue actuellement, la structure repose avant tout sur une association d’ambiance et de narration. En avant la musique, et la lecture.
 

Retrouver Neil Jomunsi, sur Page 42

 


Walk with me man
Dennis Skley, CC BY ND 2.0
 


Je suis tombé dans la fiction audio il y a trois ans. J’ai commencé à en écouter de temps en temps, le plus souvent avant de m’endormir, et puis de plus en plus… jusqu’à finalement avoir envie de me jeter dans la mêlée. C’est ainsi qu’est né Gobbledygook, ma fiction audio horrifico-rigolote que certains d’entre vous connaissent déjà. En tant qu’écrivain de nature curieuse, la perspective de m’attaquer à un nouveau support m’excitait. Huit épisodes plus loin (le dernier fait plus de 40 minutes), l’enthousiasme n’est toujours pas retombé… Il me semble que j’ai trouvé un format dans lequel je me plais vraiment.
 

Une petite précision d’abord : qu’est-ce que j’appelle une « fiction audio » ? Il faut en premier lieu faire la différence entre un « livre audio » et une fiction audio. Un livre audio, c’est un livre qu’un comédien lit à haute voix : on l’enregistre sans autre fioriture – on l’illustre parfois de musiques. La fiction audio est un concept très différent. D’abord il s’agit d’une œuvre à part entière : ce n’est pas une déclinaison ou une adaptation d’un livre existant.

Mais c’est aussi et surtout un autre mode de narration : en gros, c’est un film pour les oreilles avec différentes voix, souvent plusieurs comédiens, une bande originale, des bruitages, bref, une véritable mise en scène qui s’apparente plus au théâtre qu’à la littérature. Nos parents et grands-parents parlaient de feuilletons radiophoniques – et France Culture en produit encore de formidables. Dans le petit milieu des initiés, on parle aussi de « saga mp3 ».
 

Je retrouve dans la fiction audio une véritable excitation de création. Car si les podcasts sont en train d’exploser en ce moment, ils traitent surtout de sujets de société : peu de podcasts grand public sont consacrés à la fiction pure, aussi la liberté de mouvement est encore totale. L’écriture elle-même est différente : paradoxalement, il faut penser image. Le travail de la fiction audio est de faire du cinéma sans illustration visuelle, aussi toute la piste sonore se met au service de la narration, des dialogues en passant par les bruitages, la spatialisation du son et la musique…

On écrit, mais on met en scène aussi. Et c’est l’une des parties les plus excitantes de la création. Pour fabriquer soi-même de la fiction audio, il faut nécessairement s’intéresser à la technique.

Une chance pour moi : j’ai fait des études de cinéma, et des études plutôt pratiques. Et à l’époque, je m’intéressais pas mal à la prise de son, et je jouais souvent le rôle de l’ingénieur du son sur les tournages de mes collègues. Les micros, les enregistreurs, les mixettes, tout ce petit univers me parle. Mais pour le néophyte, c’est bien entendu tout un monde qu’il faut appréhender.

De nombreux tutoriels sont trouvables en ligne, et le forum Netophonix est une mine d’or pour les amateurs du genre. Bien sûr, il faudra aussi investir dans un peu de matériel – la qualité du son, pour ne pas dire sa lisibilité, est capitale pour que la suspension de l’incrédulité fonctionne. Mais la scène mp3 fait aussi une belle place aux créations des amateurs : de très belles choses s’y développent, inventives, trépidantes, drôles, en un mot originales.
 

Puisque je compte bien continuer sur cette route un moment avec vous (j’ai des tonnes d’idées pour d’autres fictions audio), je voulais aussi partager avec vous quelques créateurs et créatrices qui vous pourriez découvrir avec intérêt, histoire de vous mettre le pied à l’étrier.
 

  • François TJP : un orfèvre du genre, qui cisèle avec brio ses capsules de science-fiction – François jouait aussi le rôle du gardien d’immeuble dans le premier épisode de Gobbledygook. J’ai beaucoup aimé Les Pourfendeurs et Le Vaisseau, mais toutes ses créations valent le coup d’être écoutées.
  • La Team Javras : un collectif de créateurs tous et toutes plus dingues les un·e·s que les autres : leurs créations sont très rythmées, souvent très barrées, toujours complètement hallucinées.
  • Filtre d’humour : de la SF complètement folle avec leur saga Jencyo Rêva qui a récemment raflé presque toutes les récompenses de la Cérémonie des Potards (l’équivalent, toutes proportions gardées, des Césars pour la fiction audio). À mi-chemin entre Full Metal Alchemist et Akira, j’ai adoré.
  • L’Épopée temporelle : quand Cyprien, le célèbre YouTubeur, s’attaque à la fiction audio, ça donne un truc dingue bardé de références aux années 90 et vraiment jouissif. Personnellement, je ne suis pas un gros client de ses vidéos d’ordinaire, mais j’ai vraiment apprécié ce voyage loufoque dans le temps.
  • Lovecraft par France Culture : les adaptations de François Bon sont un régal pour les oreilles, notamment son Chuchotements dans la nuit qui m’a tiré des frissons et dont je vous recommande chaudement l’écoute dans le noir le plus complet. France Culture a produit de nombreuses adaptations de Lovecraft, jetez un œil sur leur site, elles sont encore disponibles.


Évidemment je pourrais allonger encore la liste, mais l’idée est simplement d’y plonger un premier orteil. N’hésitez pas à faire preuve de curiosité (et à aller jeter un œil du côté de ma propre série). La fiction audio n’est encore pas très connue du public, mais je vous fiche mon billet que ça ne durera pas.
 


Si vous souhaitez soutenir Neil Jomunsi, Tipeee est là : à partir de 1€/mois, vous pouvez devenir mécène et avoir accès à des contreparties exclusives.
 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.