Fin de la musique avec DRM sur iTunes et des tarifs en baisse

Clément Solym - 06.01.2009

Lecture numérique - Acteurs numériques - musique - DRM - majors


Les majors de la musique se sont entendus avec Apple pour que sa plateforme iTunes propose plus de titres sans verrous de protection, indique une source proche des négociations citées par CNet. En contrepartie, Apple a décidé de se montrer un peu plus compréhensif sur les tarifs pratiqués, en assouplissant la facture.

Si Apple propose des titres sans DRM pour EMI depuis plus d'un an (qui avait attesté que la fin des DRM n'augmentait pas le piratage), ce dernier ne représente que 10 % du catalogue, et le nouveau contrat concernerait en revanche des gros morceaux comme Sony BMG, Universal et Warner Music. Dans un avenir proche donc, les titres seront donc scindés en trois catégories, suivant leur apparition sur la plateforme : anciennes, moyennes, récentes. Sony avait de son côté reconnu que les fameux verrous pouvaient augmenter le piratage eux-mêmes.

Que ce soit pour la musique ou les ebooks, les fichiers sans DRM représentent une demande forte de la part des internautes et si les majors de la musique, frileuses de voir leurs précieux dilapidés sous le coup du piratage s'alignent progressivement sur une offre sans verrous de protection anti-copie ou autres, les éditeurs de livres devraient réfléchir à la justesse de leur réflexion.

Cependant, qui dit fin des DRM pourrait également signifier hausse des tarifs, pour compenser la perte possible des majors. Si les fans hurlent à cette idée, il ne faut pas oublier que depuis 5 ans, le prix des titres n'a pas augmenté. Or, autre bonne surprise, toujours selon la source citée par CNet, le catalogue qui était susceptible d'augmenter ne fera finalement que baisser, pour atteindre 79 cents pour certains titres, sous réserve de finalisation de l'accord.

On ignore pour l'heure si les chansons ainsi achetées pourront être conservées sans limite de temps ou s'il s'agira d'un principe locatif qui parviendrait alors à expiration lorsque l'abonnement prend fin. À suivre dans tous les cas, et surtout, à mûrir...