Framabookin, une bibliothèque d'ebooks pour valoriser la culture libre

Antoine Oury - 11.08.2015

Lecture numérique - Acteurs numériques - Framabookin - domaine public - Framasoft


L'association Framasoft, qui défend et promeut la culture libre, a dévoilé un catalogue de livres numériques libres, Framabookin. Ce dernier rassemble un peu plus de 1500 titres issus du domaine public : des classiques, donc, récupérés chez Bibebook, mais aussi l'intégralité des œuvres publiées par Framabook, la branche éditoriale de Framasoft. Une valorisation accessible à tous, revendique l'association.

 

Les titres Framabook de Framabookin, sur Aldiko, application pour système Android

 

 

Si ce point est évoqué dans la présentation de Framabookin, la lutte contre le copyfraud, l'ajout d'une couche de droits sur une œuvre du domaine public, n'est pas la motivation première à la création du catalogue. « L'objectif, avant tout, c'est la mise en avant de la culture libre, qui permet d'ailleurs de remarquer que les libristes sont ceux qui respectent le mieux le droit d'auteur, en conservant les œuvres dans le domaine public », explique Pouhiou, auteur qui place volontairement ses œuvres dans le domaine public.

 

Les lecteurs ebooks et autres applications de lecture « sont souvent connectés à des catalogues (Amazon, Google Book, Kobo…) où de petits malins vous font acheter des livres du domaine public », précise Framasoft sur son blog. Framabookin intervient donc pour proposer une alternative tout aussi simple que les catalogues intégrés, mais où les titres sont totalement gratuits. Ceux de Bibebook sont sous licence CC BY SA, pour protéger le travail éditorial réalisé par les bénévoles.

 

Framabookin repose sur une technologie OPDS, Open Publication Distribution System, qui permet d'agréger et de distribuer des livres numériques. Pour Framabookin, ces derniers sont stockés sur le serveur de Framasoft, via une bibliothèque Calibre. La mise en place de Framabookin s'intègre dans la campagne Degooglisons Internet, qui vise à sensibiliser au fait que les GAFA centralisent les données, lorsque le Web permet au contraire de les essaimer.

 

Avec 3 permanents, une trentaine de membres actifs et des centaines de bénévoles, Framasoft ne peut pas mettre en place un gigantesque catalogue des livres numériques libres francophones, et ne le souhaite pas. « Le but n'est pas de centraliser la culture libre sur Framabookin », précise Pouhiou, « mais de montrer que la mise en place d'un catalogue personnalisé est très simple, et peut être utilisée pour votre école, votre famille, votre travail... » Framabookin est basé sur des logiciels libres, aux codes accessibles et personnalisables, et Framasoft a mis en ligne plusieurs tutoriels pour expliquer la démarche pas à pas.

 

Inutile donc de spammer l'association en espérant voir un livre numérique sous CC BY SA rejoindre Framabookin : si toute proposition est la bienvenue, « la curation, la médiation, la mise au point des métadonnées présentes dans les fichiers » constituent le gros du travail. Une démarche peu ou prou similaire à celle de Thomas Fourmeux, depuis Aulnay-sous-Bois, avec eBookenBib, précise Pouhiou.

 

Les ouvrages du domaine public, nerfs de la guerre des vendeurs

 

Comme le note Framasoft sur son blog, les titres du domaine public se retrouvent régulièrement dans les catalogues des grands acteurs, Kobo, Amazon ou Google Play, en version payante. Pouhiou lui-même a été victime de ce petit commerce avec plusieurs de ces œuvres, vendues par Amazon Media SARL, quand bien même elles sont disponibles gratuitement sur son site.

 

Il a découvert ce marché parallèle il y a un peu plus d'un an : « Je les ai contactés, en mettant en avant l'infraction vis-à-vis de leurs propres conditions générales d'utilisation [qui précisent que le format Kindle doit être vendu au tarif le plus bas du marché, NdR], mais les réponses ont été évasives. Des fans les ont contactés à leur tour, mais j'attends toujours une réponse. » Depuis, les pages proposant ses livres à la vente présentent de nombreux commentaires signalant les exemplaires gratuits disponibles sur le site de l'auteur.

 

Puisqu'il place ses œuvres dans le domaine public, Pouhiou s'expose à ce genre de détournements : « Je trouve la démarche hyper sale, mais si quelqu'un trouve un moyen de se faire de l'argent avec mes bouquins, pourquoi pas, je vais de toute façon récupérer des externalités positives », souligne l'auteur. « Les gens ne sont pas idiots, et savent se servir d’un moteur de recherche, je sors gagnant dans tous les cas. Le meilleur moyen de me défendre n'est pas de faire jouer les droits d'auteur, mais plutôt la réputation, qui est servie par ce type d'exposition. »

 

Le catalogue Framabookin permettra en tout cas de disposer d'une bibliothèque de textes libres fiable : il est compatible avec la plupart des applications de lecture, et peut également être utilisé via le navigateur d'un lecteur ebook. Sauf le Kindle, qui ne lit pas le format EPUB, et le Kindle Fire, pourtant basé sur un système Android, mais tellement modifié qu'il devient « un magasin Amazon que l'on achète », résume Pouhiou.

 

Pour tout le reste, il y a Framabookin...