France : Apple joue à Big Brother avec un éditeur, la censure économique

Nicolas Gary - 16.03.2014

Lecture numérique - Usages - censure chez Apple - femme - torse nu


Au moins ne reprochera-t-on pas à Amazon de fauter par excès de zèle : c'est une fois de plus Apple qui se fait prendre au jeu de la pudibonderie. La couverture d'un ouvrage a été jugée choquante par le revendeur américain, et voilà que le livre de Bénédicte Martin, publié aux Editions des Equateurs se retrouve interdit de séjour dans la librairie numérique.  La couverture présente en effet un buste de femme nue prolongée par une lame de couteau. Tranchant, et d'autant plus que le livre ne doit sortir que le 20 mars : censure par anticipation, sacré cadeau.

 

 

 

 

L'éditeur a été alerté par son diffuseur numérique, Interforum, du refus d'Apple, strictement motivé par ladite couverture. « Apple ne censure pas le livre en raison de son contenu, par ailleurs un récit littéraire et poétique sur la féminité, mais le censure juste parce qu'il y a une femme aux seins nus sur la couverture. C'est à la fois absurde et grave. Un exemple affligeant des excès de la pudibonderie américaine », enrage Olivier Frebourg, cité par l'AFP. 

 

Et d'ajouter : « Et vous pouvez diffuser les oeuvres les plus hard sur Apple du moment que vous avez une couverture neutre. »

 

Apple joue à Big Brother

 

Bien entendu, il refuse catégoriquement de modifier sa couverture, et accuse Apple de jouer « à Big Brother ». Selon lui, la liberté de création, associée à la couverture qu'a réalisée le maquettiste Stéphane Rozencwajg, est menacée par le comportement de la firme. Et d'interpeller dans la foulée pouvoirs publics et instances de l'édition pour qu'elles réagissent. Il demande en effet « à la ministre de la Culture Aurélie Filippetti, ainsi qu'au Syndicat national de l'édition, et à la Commission européenne de réagir et de prendre position sur cette question fondamentale de la liberté d'expression ».

 

Il y a à boire et à manger, dans cette affaire. Les histoires de censure chez Apple, il suffit de taper dans une poubelle pour en faire sortir une centaine. Bien entendu, la censure n'est pas acceptable, il ne reste malheureusement qu'à pousser des cris d'orfraie pour se faire entendre. Et faire prendre conscience du problème. 

 

Dans la série des célèbres censure d'Apple, on peut évoquer :  

 

Etc., ad nauseam.

 

Sauf qu'après tout, travailler avec un revendeur implique d'accepter ses conditions de commercialisation. Et la firme est connue pour être particulièrement frileuse : plutôt que de risquer le procès d'un client mécontent, la société a toujours pris le parti de sanctionner en amont, et tant pis pour la liberté d'expression, de création et le reste. De ce point de vue, strictement juridique, on fait la somme des dépenses liées à une procédure, et on conclut chez Apple qu'il est préférable de censurer. Comportement de bêtise crasse, certes, et qui n'est pas sans conséquence. 

 

S'autocensurer, ou lutter contre un moulin à vents ?

 

Que la firme censure sur le territoire américain, c'est stupide, mais qu'ils interviennent en France, avec les approches américaines, cela vire à l'absurde. Sauf que c'est ainsi. Vincent Montagne, président du Syndicat des éditeurs nous le signalait, à l'époque de la censure Lucky Luke :  «Notre métier, c'est de servir des lecteurs et de provoquer la rencontre avec des auteurs. Par conséquent, le support est toujours second par rapport à la création éditoriale. Pour que cela fonctionne bien, il faut que l'accès à la création éditoriale vers les tablettes ne passe pas par un guichet unique ni un opérateur unique. »

 

Le problème, donc, c'est que certains opérateurs commencent à anticiper les réactions d'Apple, et à censurer au préalable les éditeurs qu'ils distribuent, voire, pour le créateur, s'autocensurer. Ce fut le cas avec un comics, en avril 2013, où l'on voyait une fellation administrée par un homme. ComiXology, le distributeur de ce titre, avait préféré censurer par avance, plutôt que de soumettre à Apple, et de se faire censurer…

 

« En tant que partenaire d'Apple, nous avons l'obligation de respecter ses politiques pour les applications et les livres proposés dans les applications. En s'appuyant sur notre compréhension de ces conditions d'utilisations, nous avons considéré que SAGA #12 ne pourrait pas être disponible dans notre application, aussi avons-nous décidé de ne pas la diffuser ce jour », avait clairement expliqué David Steinberg, PDG de comiXology. 

 

Visiblement la lecture de BD sur les écrans d'iPad séduit le lecteur nomade. Seulement, il y a un bémol : ces impitoyables détecteurs de tétons et autres parties dénudées qui condamnent certains titres adultes à être bannis de l'App Store sans que la mesure de censure ne soit toujours justifiée. L'an passée, ils n'étaient pas moins de 59 albums à avoir ainsi été écartés de la boutique en ligne d'Apple.

 

Évoquant la politique d'Apple en novembre dernier, Eric Stephenson, éditeur chez Image Comics, regrettait également : « Leurs normes sont un peu vagues, vraiment. J'ai l'impression qu'ils n'ont pas beaucoup pensé la façon dont ils traitent les contenus pour adultes, ou pire, qu'il y a un ordre du jour visant à positionner Apple comme une forme d'arbitre moral pour des choses comme la bande dessinée. »

 

L'exercice de la pire des censures : économique

 

« Ce qui est scandaleux, c'est qu'ils jugent sur la couverture, de prime abord », précise l'éditeur. « Si encore c'était un ouvrage au contenu érotique, on pourrait le comprendre, mais c'est une oeuvre strictement littéraire. Toute forme de censure est condamnable, mais ici, c'est une censure économique qui s'applique. Apple représente 20 % du chiffre d'affaires numérique, et c'est un acteur majeur sur le marché. Son poids économique implique que l'on ne peut pas s'en passer. Mais on ne peut pas laisser faire non plus ! »

 

Olivier Frébourg a pleinement conscience de n'être pas le premier frappé par cette traque aux éléments qui dérangent. « Mais enfin, sur Facebook, sur internet généralement, les enfants sont bien plus exposés à des choses violentes, ou ayant un contenu sexuel. Et ils ne viennent certainement pas sur l'iBookstore pour voir des couvertures avec une femme à demi nue. »

 

Le diffuseur-distributeur, Interforum, ne peut que constater : « Apple a une politique éditoriale, et décide de ce qui peut être commercialisé, et ce qui ne peut pas l'être. » Il ne s'agit pas de résignation, simplement, la firme impose ses décisions. « Soit on accepte, soit on fait sans eux : ils ne laissent pas d'alternative », constate-t-on. Et d'ajouter : « Leur regard sur les oeuvres s'exerce d'ailleurs autant sur les couvertures que les contenus, et parfois, sur les deux. »

 

Au niveau européen, on se souviendra de l'intervention du député danois, Morten Løkkegaard, alors vice-président de la Commission européenne pour la Culture et l'Éducation. « C'est une société qui est entièrement contrôlée depuis la Californie », et à ce titre, aucun représentant dans les différents pays du globe n'est en mesure de négocier quoi que ce soit. Et c'est bien entendu la liberté d'expression qui est mise à mal.