Google Books poursuit la numérisation de la République tchèque

Cécile Mazin - 05.09.2014

Lecture numérique - Acteurs numériques - Google Books - République tchèque - numérisation livres


Le projet de numérisation des documents historiques de la bibliothèque nationale de République tchèque a débuté avec Google en 2011. Une nouvelle phase de collaboration commence avec la perspective de 200.000 gravures et estampes du XIXe siècle qui sont passées sous les lampes des scanners. Issus de la Bibliothèque slave, ils proviennent majoritairement de livres parus entre 1800 et 1870.

 

 

 

Selon la Bibliothèque, on retrouvera des collections qui ont une valeur toute particulière, concernant l'histoire russe, polonaise et yougoslave. Et bien évidemment, l'ensemble des œuvres numérisées sera libre de droits et leurs copies numériques seront gratuitement accessibles. 

 

Dans un premier temps, Google numérisera 140.000 volumes de l'établissement, et les portera tous dans sa base de données Google Books, ainsi que dans la Manuscriptorium European Digital Library, sur la base des accords passés en 2010. À date, 30.000 documents provenant de la bibliothèque nationale ont déjà été numérisés. 

 

Pour répondre aux exigences de la Commission européenne, qui demandait, voilà maintenant une dizaine d'années, que la numérisation patrimoniale soit rapidement enclenchée pour mettre à disposition du public les œuvres qui lui reviennent, Adolf Knoll, directeur de l'établissement tchèque, est rentré dans le rang.

 

Depuis 2008, date des premiers exercices de numérisation, l'établissement a poursuivi ses accords avec Google, bien qu'à ce jour, on ignore toujours quelle est la teneur des contrats. Seule information livrée par le directeur, le projet s'inscrit dans un partenariat public-privé, pour profiter des technologies de l'Américain. (via Prague Post)

 

Ce dernier prend en charge 80 % des coûts de la numérisation, le solde est à la charge de la Bibliothèque qui a disposé d'une enveloppe de son ministère de la Culture, évaluée à 144.000 € annuels. 

 

En février 2011, l'établissement avait d'ores et déjà annoncé la numérisation de 300.000 titres du XIXe au XXIe siècle, avec une fin de projet prévue pour 2019. Le programme s'appelait alors Google for Czech culture 2011 et dépassait largement le simple cadre de la numérisation de livres : tout le pays allait passer par Google que ce soit pour le service Maps, les fonds historiques, la promotion de festivals de musique avec des directs sur YouTube, etc. 

 

Pour la partie livres, à proprement parler, l'Europe avait apporté une aide financière, permettant, à terme, la numérisation d'un demi-million de livres avec 9,22 millions € pris en charge par l'UE et 1,63 million € par le ministère de la Culture local. 

 

Pour les 300.000 titres dont doit se charger Google, représentant 50 millions de pages, le projet n'était pas limité dans le temps, et sa reconduction devait donc se faire cette année. 

 

La bibliothèque nationale a reçu en 2005 le prix Jikji, décerné par l'UNESCO et récompensant son effort pour la préservation du patrimoine mondial. 

 

Les ouvrages déjà numérisés sont sur Kramerius pour la bibliothèque nationale.

 

Merci à BlankTextField