Google limite son outil de traduction gratuit au profit de Cloud Translation, payant

Cécile Mazin - 20.12.2016

Lecture numérique - Applications - traduction automatique Google - Google translate limitation - service cloud payant


Depuis quelques jours, les utilisateurs de Google Translate ont droit à une mauvaise surprise : le service de traduction automatique est limité à 5000 signes, sans qu’aucune explication n’ait été apportée. Étrange décision, donc, que seul un compteur vient rappeler.

 

 

 

Quand on ne maîtrise par le néerlandais ou que l’on a des doutes sur un papier en allemand, le passage par Google Translate n’apportait pas vraiment une compréhension limpide. Au moins pouvait-on avoir une vue d’ensemble. 

 

Mais désormais, l’outil indique clairement que l’on est restreint dans l’usage à 5000 signes. Et en cas de dépassement, il faudra passer par une méthode plus fastidieuse – relancer le processus de traduction pour le morceau de texte qui dépassait. Rappelons d'ailleurs que ce produit de Google passe avant tout par des êtres humains pour se perfectionner.

 

Le fait est que l’API est également concernée par cette modification – les quelques sites web qui se servaient de cette solution pour proposer une version multilingue de leurs articles en seront pour leurs frais. En revanche, il sera toujours possible de copier/coller une URL dans l’outil de traduction, qui effectuera, même sur plus de 5000 signes, sa besogne. 

 

Emporté par la foule, ou la tentative d'une traduction en crowdsourcing 

 

Certains redoutent qu’il ne s’agisse là d’une première étape pour rendre le service payant... Après plus de 10 années de bons et loyaux services – avec quelques trahisons tout de même, mais après tout, Traduttore, traditore – on attendrait quelques précisions.

 

Il semble bien que la société ait pour intention de faire basculer sur son offre Google Cloud Platform, qui offre un modèle de traduction payant, à partir de 20 $ pour 1,5 million de signes mensuellement. La FAQ du service a en effet été mise à jour le 1er décembre, et fait bien état de la limitation à 5000 signes depuis le sous-domaine Google Translate.

 

Voici qui rendra les outils de traduction pour les livres bien plus contraignants désormais. Mais après tout, s’attaquer aux polars islandais traduits par Google n’était pas vraiment une partie de plaisir.