Google Penguin poursuit sa quête de fraîcheur

Clément Solym - 10.08.2012

Lecture numérique - Usages - Google Penguin - SEO - Matt Cutts


Matt Cutts le blogueur spécialiste du référencement naturel SEO, qui transmet régulièrement les rapports d'activités de Google Penguin, avait annoncé la toute première mise à jour effectuée nommée 1.1 en mai dernier sur Twitter. Depuis, 29 mises à jour ont été listées, afin d'appliquer une politique de rafraîchissement des données.

 

Google avait reçu de nombreuses critiques concernant la qualité des résultats de son moteur de recherche. Cette nouvelle politique de référencement pratiquée était sensée mettre tous les acteurs numériques sur un pied d'égalité, favorisant ceux qui produisent un contenu de qualité et attrayant pour le public. Plus démocratique ? C'est la course au mérite en tout cas. En effet, si par le passé, le référencement naturel SEO nourrissait seulement massivement et mécaniquement le robot d'indexation, les nouveaux mots d'ordre sont désormais fraîcheur et attractivité. Pour tirer son épingle du jeu, chacun doit jouer en respectant ces nouvelles règles visant une sensibilisation du lecteur.

 

Une stratégie d'hameçonnage comme il en existe déjà à plus petites échelles ? "Nous avons des algorithmes chargés de détecter les schémas variés de linking, une technique de spam courante." écrit Scott Huffman signataire de la liste de modification, datée de mai dernier. Pour information, Google Penguin a remplacé une mise à jour plus ancienne initialement nommée Panda, qui ciblait spécialement les sites de scrappers (copieurs de contenu sans autorisation), les comparateurs de prix, les agrégateurs de codes de réductions et enfin les annuaires.