Google permet maintenant de parler et questionner les livres

Nicolas Gary - 16.04.2018

Lecture numérique - Usages - Google Talk Books - intelligence artificielle livres - recherche livres ordinateur


Google n’a pas fini de s’amuser avec les livres, et plus encore dans ses travaux autour de l’intelligence artificielle. On sait que le traitement du langage naturel chez Mountain View réside au cœur de la stratégie. Et les expérimentations ne manquent pas. Celle-ci, Talk to Books, est des plus captivantes.

 



 

Google Research, le laboratoire à expériences numériques, vient de mettre en ligne un site, Talk to Books, qui sert véritablement à ce qu’il désigne. L’idée est encore assez limitée – et tout d’abord parce que les recherches sont circonscrites à la langue anglaise. Mais on peut poser une question, ou saisir une citation, et le site trouvera des phrases tirées de livres, en lien avec le sujet de la recherche.

 

La grande différence, c’est que le système ne repose pas sur des mots clefs appareillés : l’intelligence artificielle qui fait tourner l’outil a été goinfrée de « milliards de paires de phrases, comme des conversations ». Ce qui lui permet d’identifier ce qui pourrait être une bonne réponse à la question posée. Talk to Books est donc un modèle de chat bot reposant sur des ouvrages numérisés, et dont la machine extrait des formulations et réponses appropriées. 

 

En revanche, les réponses ne sont pas vraiment humaines : l’IA reprend surtout des mots clefs à l’intérieur d’une phrase. Mais l’idée finale est de faire découvrir des livres, en posant des questions simples. « Lui parler avec des phrases fournira de meilleurs résultats que des mots clefs. Et cela, parce que l’IA repose sur des conversations humaines », indique Google Research. 

 

Plus de 100.000 livres ont été utilisés pour Talk to Books, avec quelques limitations dans les résultats que l’on obtient. Principalement parce que les phrases de résultats sont extraites de tout contexte, et que la machine ne sait pas contextualiser. Le livre pourrait donc être totalement hors sujet dans son ensemble, et n’avoir qu’une simple connexion par mots clefs avec la recherche.

 

En revanche, la masse de documents utilisée permet de faire ressortir un maximum de diversité dans les livres présentés. 



 

Quand Google, Amazon et Facebook auront façonné
ce monde sans pensée ni âme...


Toute cette ingénierie, précise Ray Kurzweil, directeur du département, et Rachel Bernstein, chef de produit chez Google Research, poursuit l’exploration du langage naturel et ses évolutions. Tout le programme joue sur les multiples strates du langage, intégrant des outils linguistiques comme les synonymes, les antonymes, métonymie, ou encore homonymie. Les relations établies sont alors traduites dans un langage vectoriel spatial, pour apporter une réponse pertinente.

 

En tout cas, le plus possible.

 

Essayez donc Talk To Books

 

L'intelligence artificielle au service du livre et de la lecture




Commentaires

Complètement idiot. A terme, développement de l'autisme. Des hôtes (et amis) cubains ont récemment abandonné la wifi car cela coupait le dialogue chez leurs invités. Dialoguer avec un livre, ce n'est pas intelligent, c'est de l'artifice.
Coller une étiquette sans réfléchir, ou plutôt qui dispense de réfléchir, c'est le propre du RACISTE.

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.