Google teste un vaccin antipiratage, injecté par une intelligence artificielle

Clément Solym - 05.01.2018

Lecture numérique - Législation - référencer index google - oeuvres droit auteur - vaccin piratage oeuvres


Dans un effort toujours moins mesuré pour confier aux intelligences artificielles le soin de notre avenir, Google invente : la lutte contre le piratage par anticipation. L’avenir du combat serait donc moins dans l’élimination de liens dans les résultats de recherche que dans l’indexation intelligente desdits liens. Avant même d’être référencés par le moteur, les liens pirates disparaîtront… Fantasque. Et flippant.


Flu Vaccination Grippe
Daniel Paquet, CC BY 2.0
 

 

Depuis des années, les industries culturelles — toutes, unanimement pour une fois — demandent à Google de faire en sorte que ses résultats de recherche soient épurés. Et que tous les sites présentant des liens vers des documents protégés et sous droits ne soient pas référencés. Les procédures simplifiées de demande de retraits de contenus se sont multipliées avec le temps : chacun tente de prendre part à la lutte.

 

Mais on le sait (dis-m’en tant…), ce n’est qu’un début, continuons le combat. Or, les humains lassés de se battre troqueraient volontiers leur poussive démarche de vérification contre une bonne et solide Intelligence artificielle qui ferait le job comme une grande. L’American Bar Association vient de donner la parole à Caleb Donaldson, conseiller en copyright chez Google. 

 

Ce dernier explique qu’une nouvelle génération d’IA a vu le jour et que cette dernière travaille d’une manière radicalement différente. Elle est en effet en mesure d’élargir considérablement la façon d’indexer — ou de ne pas indexer. Elle examine au préalable la page qui pourrait être référencée, et via les informations collectées, décide de l’indexation ou non. 

 

« Nous traitons ces URL comme les autres. Dès lors que l’une d’entre elles n’est pas approuvée, nous l’empêchons de figurer dans nos résultats de recherche et nous prenons toutes les mesures de dissuasion », explique le juriste. 

 

De la propédeutique à la prophylaxie
 

Dans les faits, Google accepte désormais des demandes de retraits dites prophylactiques — ou préventives pour qui n’a pas fait médecine. Le remède employé vise à protéger, avant de devoir guérir d’un mal, ou d’intervenir. Cette suppression des liens a priori ne manque pas d’intérêt, mais les risques n’en demeurent pas moins significatifs, alors que Google est connu pour l’opacité de son fonctionnement.

 

En moyenne, rappelle le juriste, plus de 3 millions de notifications quotidiennes, émanant de détenteurs de droits, sont traités uniquement par le moteur. Or, les sites qui font l’objet de régulières demandes sont doublement pénalisés : d’un côté le déréférencement des pages, de l’autre, une plongée dans le gouffre des résultats, pour l’ensemble du site. Pim. Pam. Poum.

 

L’approche prophylactique résulte d’une autre approche, où l’IA devenue capable d’apprendre, même petitement, doit servir la cause du respect du droit d’auteur. Cette politique d’URL retirées illico, avant d’être indexées, fonctionne comme un vaccin : une piqûre pour éviter d’attraper la grippe. 

 

Avec un filtrage proactif, la surveillance des sites est par conséquent accrue, mais Google jure ses grands dieux que tout avis erroné, frauduleux ou abusif serait rejeté par la machine. L’IA qui applique un blocage préventif ne doit intervenir que pour la protection du droit d’auteur.

 

Et d’ajouter : « Si nous pensons qu’il s’agit d’une Utilisation Equitable ou qu’une autre explication à une utilisation spécifique de contenue protégé par le droit d’auteur », les demandes seront renvoyées. De quoi garantir que Google Books dispose encore de beaux jours devant lui…


 

 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.