Google tient à reprendre la main dans le débat sur le droit à l'oubli

Victor De Sepausy - 26.09.2014

Lecture numérique - Google - Cnil - droit


Après s'être vu obligé de mettre en place un droit à l'oubli pour les particuliers par la Cour de justice de l'Union européenne, Google tente de reprendre la main sur ce dossier. En quatre mois, le géant américain a dû traiter, grâce à son formulaire accessible en ligne, 135 000 demandes de déréférencement. Plus d'une demande sur deux a pu aboutir. Pour les autres, la Cnil reste un appui précieux pour obtenir gain de cause face à Google.

 

Pour tenter de reprendre place dans ce débat, Google organise des réunions partout en Europe entre juristes, universitaires et experts d'Internet. La peur de la censure est mise en avant pour faire ressortir les limites des nouvelles contraintes imposées au moteur de recherche.

 

Pour inverser la tendance, Google a notamment de son côté Jimmy Wales, cofondateur de Wikipédia, qui parle d'une « censure de l'information véridique ». Et certains médias anglo-saxons sont aussi dans cette vision des choses.

 

Isabelle Falque-Pierrotin, présidente de la Cnil, interrogée par Le Figaro, assure que « Google dramatise la situation. Il fait preuve d'une grande habileté pour entretenir la confusion et discréditer ce droit à l'oubli. Le droit au déréférencement est un sujet complexe, mais il y a moyen de se positionner sans ouvrir de front sur les menaces de censure. » 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.