Google Translate, indispensable et imparfait

Clément Solym - 02.05.2012

Lecture numérique - Acteurs numériques - Google Translate - traduction - Albert Camus


Le service de Google Translate assurerait la majorité des traductions sur Internet actuellement. Pour tous ceux qui s'en sont déjà servi, il apparaîtra, même si le résultat est parfois bien utile, qu'il est loin de ressembler à une traduction professionnelle.



 

Franz Och est chercheur pour Google Translate. Il fait un constat très optimiste de l'activité de Google Translate.

 

« Aujourd'hui nous comptons plus de 200 millions d'usagers réguliers sur translate.google.com (...). Et nos usagers viennent du monde entier : plus de 92 % de notre trafic vient de l'extérieur des Etats-Unis.


En une journée nous traduisons à peu près autant de texte qu'on en trouverait dans un million de livres. Autrement dit, ce que produisent tous les traducteurs professionnels en une année, notre système le traduit en un seul jour. Avec cette estimation, la plupart des traductions sur la planète se fait avec Google Translate ».

 

Mais il est important de souligner (Franz Och est le premier à le faire) qu'une traduction véritablement riche ne sera possible qu'avec l'intervention d'un traducteur professionnel. « Bien sûr, pour des traductions nuancées (...) rien ne remplace un traducteur humain ».

 

Traduction décalée

 

Ellie Robins de Melville House compare ainsi deux traductions de L'Etranger d'Albert Camus. L'une a été réalisée par Google Translate, l'autre par le traducteur. L'incipit du célèbre roman de Camus, paru en 1942, subit quelques transformations, parfois mal venues. Camus écrivait alors :

 

« Aujourd'hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. J'ai reçu un télégramme de l'asile : "Mère décédée. Enterrement demain. Sentiments distingués." Cela ne veut rien dire. C'était peut-être hier ».

 

Le traducteur Joseph Laredo a traduit « maman » par « Mother », et « asile » par « home », dans le sens de « maison de retraite ». Mais Google Translate a carrément traduit « maman » par « Mom », et « asile » par « asylum », autrement dit un asile psychiatrique. On se met à la place d'un lecteur anglophone découvrant Camus. Il n'aura pas vraiment le même a priori  sur la mère du personnage qu'un lecteur français. Au-delà de ces dérapages, on sent que Google Translate va favoriser une traduction vers un anglais plus américain que britannique, ce qui peut ne pas être du goût des usagers si nombreux du service.

 

Gmail, le dernier terrain de jeu

 

Google a par ailleurs annoncé que dans les prochains jours un nouveau service sera disponible pour les utilisateurs de Gmail.  Ces derniers pourront traduire des messages en langue étrangère vers leur propre langue grâce à un outil intégré à la messagerie. Il sera possible de traduire systématiquement les messages reçus, ou seulement de façon épisodique.

 

Là encore la traduction ne sera pas parfaite, mais elle permettra de faciliter les échanges entre plusieurs langues et de comprendre dans les grandes lignes un  texte en langue étrangère reçu par mail.