Google vend plus d'ebooks que la plateforme Nook

Louis Mallié - 22.07.2014

Lecture numérique - Acteurs numériques - Nook - Barnes & Noble - Google


La semaine dernière, Google révélait que le secteur Google Play Store avait généré 1,6 milliard de revenus au dernier trimestre fiscal. La société ne manquait pas de faire remarquer que ses revenus avaient ainsi augmenté de 53 % par rapport au premier trimestre de l'an dernier, et de 3 % depuis le premier trimestre 2014. Une croissance qu'est loin de partager la plateforme Nook, fondée par le libraire américain Barnes & Noble…

 

 

 La tablette Nook

 

Dans son rapport, Google déclarait que « les ventes numériques d'applications et de contenus dans le Play Store ont augmenté au fil des ans ». La conférence des investisseurs y faisait à nouveau écho, annonçant que « Google Play continue de s'agrandir vitesse grand V dans tous les types de contenus numériques, aidant les développeurs et partenaires à gagner plus d'utilisateurs à travers le monde. »

 

Ledit chiffre d'affaires de 1,6 milliard comprend aussi bien les ventes de contenus que celles d'appareils - soit films, musique, application, ebook, tablettes Nexus ou encore clefs Chromecast (clef multimédia permettant d'utiliser internet directement sur sa télévision). Or, ainsi que le remarque le Digital Reader : « Je ne peux pas vous dire combien d'ebooks Google a vendu, mais je peux vous dire que le nombre est très faible comparé à celui d'Apple et Amazon ».

 

Et pour cause, rien que pour les contenus, les ventes d'Apple se soldent à près de 4,5 milliards $, si l'on s'en tient à leur dernier rapport trimestriel. Aussi, bien que n'ayant pas accès aus chiffres exacts de ventes d'ebooks, il ne semble pas top risqué de s'avancer à affirmer qu'Apple vend plus d'ebooks que Google. Et plus encore, d'affirmer que Nook semble bien persévérer dans l'insuccès qui le caractérise puisque qu'il semble également bien que Google vende plus d'ebooks que l'ancienne plateforme de Barnes & Noble…

 

 

 

 

En effet, si l'on s'en tient à leur dernier rapport trimestriel du libraire, la plateforme n'a généré que 87,1 millions $ de revenus au cours du quatrième trimestre fiscal de l'année 2014, générant sur l'année fiscale complète près de 505 millions $ (soit 280 millions $ de moins que l'année précédente). Il est donc intéressant de constater que Google vend bien plus de livres numériques de Nook, - et ce, quand bien même on supposerait que seulement 5 % des 1,6 milliard $ de revenus viennent des ventes d'ebook…

 

The Digital Reader remarque que le résultat n'est pas si surprenant si l'on considère le dynamisme dont Google n'a eu de cesse de développer pour ses plateformes : aujourd'hui, on en compte 57 implantées localement dans le monde, dont 11 nouvelles lancées en Amérique Latine le mois dernier.

 

A contrario, Nook continue donc de voir ses revenus s'amoindrir : au premier trimestre 2013, le libraire numérique avait déjà enregistré une baisse de revenus de 50,4 % par rapport à l'année dernière, ainsi qu'une baisse de 57 millions de $ de chiffres d'affaires sur les ventes de contenus numériques...

 

Une baisse qui peut s'expliquer par le manque de capacité à innover de la plate-forme, qui ne semble jusqu'ici que s'être empressée de marcher dans les sillons d'Apple et Amazon... lui-même loin devant Google en matière d'ebooks.