Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Grande purge de traductions automatiques chez Amazon

Nicolas Gary - 09.02.2014

Lecture numérique - Usages - traduction automatique - Kindle Direct Publishing - domaine public


Un certain M Angelo avait décidé de se faire de l'argent de poche en revendant sur la boutique Kindle Store des ouvrages classiques traduits, avec notamment Treasure Island, L'île au trésor ou encore War of the Worlds, La guerre des mondes. Les livres étaient proposés dans des versions française, italienne et espagnole, le tout pour un montant de 99 cents. Grand luxe, et belle opportunité ? En fait, non...

 

 

 

 

Problème : tout ce qui brille n'est pas d'or. Et les clients de M Angelo ont rapidement déchanté, après avoir cru faire une bonne affaire. Les traductions n'avaient simplement aucun sens. Le vendeur, qui les proposait par le biais du Kindle Direct Publiushing, outil de commercialisation pour l'autopublication, aurait simplement eu recours à des outils de traduction automatique pour réaliser ses versions. 

 

Évidemment, comme les livres relevaient du domaine public, et n'étaient donc plus soumis au droit d'auteur, il était facile de commettre ses prétendues traductions, en copiant collant les textes originaux, et laissant faire à un Google Translate tout le travail. Robert Louis Stevenson et HG Wells pouvaient se retourner deux fois, voire trois, dans la tombe. 

 

Voici l'un des exemples de ce que les lecteurs désemparés ont pu découvrir (première phrase tirée de L'île au trésor)

 

Squire Trelawney, Dr. Livesey, and the rest of these gentlemen having asked me to write down the whole particulars about Treasure Island, from the beginning to the end, keeping nothing back but the bearings of the island, and that only because there is still treasure not yet lifted, I take up my pen in the year of grace 17—, and go back to the time when my father kept the "Admiral Benbow" inn, and the brown old seaman, with the sabre cut, first took up his lodging under our roof. Trelawney, le docteur Livesey, et le reste de ces messieurs ayant m'ont demandé d'écrire l'ensemble des indications sur l'île au trésor, du début à la fin, sans rien garder en arrière, mais les paliers de l'île, et que seulement parce qu'il est encore trésor pas encore levé, je prends la plume en l'an de grâce 17 -, et de revenir à l'époque où mon père tenait l'auberge "amiral Benbow", et le vieux marin brun, avec le coup de sabre, d'abord pris son hébergement sous notre toit.

 

 

Brittany Truner, porte-parole de la firme a assuré à l'AFP que « les livres ne sont plus disponibles ». Et d'ajouter : « Nous n'acceptons pas les ouvrages qui offrent une expérience client pauvre. Nous nous réservons le droit de déterminer si le contenu offre ce type de contenu », précise-t-on.

 

Et parmi ces conditions à remplir, la qualité de la traduction est donc essentielle. 

 

Désormais, les différentes recherches associant le nom du traducteur M Angela aux grands classiques - Dickens, Carroll, Jerpme K. Jerome et d'autres, renvoie vers le message suivant :  

Vous recherchez une page ? 

L'adresse internet que vous avez entrée dans votre navigateur ne correspond à aucune page active de notre site.

 

La firme a cependant refusé de dévoiler le nom et l'identité de la personne qui avait tenté ce petit coup de poker - pas plus que le nombre de ventes qui avait été réalisé, avant qu'Amazon ne s'intéresse à cette imposture.