Gutenberg Technology lève des fonds pour renforcer sa R&D

Julien Helmlinger - 29.05.2013

Lecture numérique - Acteurs numériques - Lecture numérique - Gutenberg Technology - Levée de fonds


Après avoir levé 2 millions € en mars 2013, auprès de ses investisseurs physiques historiques, Gutenberg Technology s'apprête à en à lever 3 millions € supplémentaires auprès d'investisseurs institutionnels. L'objectif de l'entreprise française, de 35 salariés, est d'allouer 75 % des fonds à sa Recherche & Développement ainsi que les 25 % restants à la partie commerciale.

 

 

 

 

Le créneau de l'entreprise basée à Paris comme New York, consiste en la transformation d'ouvrages scolaires papier en manuels numériques, sur un marché du livre scolaire en pleine mutation. Que ce soit pour iPad, iPhone, tablettes et smartphones Android, et autres tablettes Windows 8, en France mais surtout à l'export, pour des éditeurs européens et américains.

 

François-Xavier Hussherr, PDG de Gutenberg Technology, explique : « Le livre scolaire numérique est une formidable opportunité pour les élèves du XXIe siècle. En effet, la vie du livre ne s'arrête pas au moment de son impression, mais il continue à vivre au fur et à mesure que l'élève l'utilise sur son ordinateur, son smartphone ou sa tablette. À partir de l'année prochaine, nous aurons même la possibilité d'adapter le livre au profil de l'élève. Chaque élève se verra proposer des exercices différents. »

 

L'entreprise dépose actuellement une série de brevets pour protéger ses innovations en Europe et aux USA. « Nous luttons avec un concurrent, Inkling, qui a levé plus de 17 millions de dollars. Ce n'est pas facile quand on est une entreprise française, car l'accès au financement est moins évident », précise un récent communiqué de presse.

 

Et le PDG d'ajouter : « Nos actionnaires personnes physiques sont le plus souvent intéressés par notre activité, ils nous donnent de précieux conseils dans des domaines très variés qui vont de la stratégie à la tarification ou à la finance. Mais il est vrai que pour passer à la vitesse supérieure, nous avons décidé d'ouvrir notre capital à des investisseurs institutionnels. »

 

Il s'agit désormais pour l'entreprise de renforcer sa R&D, basée entièrement en France, en investissant davantage. Elle s'attend à une disparition prochaine des manuels scolaires papier, d'ici une quinzaine d'années, et ce, même si ils restent pour l'heure commercialisés en bundle : imprimé + numérique.