Hackathon : 'L'espace informel permet la progression rapide d'une idée'

Antoine Oury - 01.12.2014

Lecture numérique - Usages - hackathon usages du livre - labo de l'édition paris - Antoine Garnier Mines Télécom


Les technologies disruptives (qui changent complètement le paysage d'une industrie) ont favorisé l'émergence d'un nouveau modèle de travail et de recherche, le hackathon. Des fournisseurs de contenus (éditeurs ou développeurs) mettent leur matériel à disposition de groupes de travail, pour un événement au long cours, qui vise à l'innovation.

 

 

 

Le Labo de l'édition, à Paris, a déjà organisé quelques hackathons, et récidive pour la fin d'année, avec un coup d'envoi le 12 décembre prochain. Une trentaine de participants sont attendus, qui seront répartis en différentes équipes, selon les centres d'intérêt et le projet choisi. L'événement est ouvert à tous, avec quelques profils définis, tout de même :

  • Développeur
  • Concepteur (édito/marketing)
  • UX Designer/Graphiste
  • Couteau suisse (un contributeur qui apportera bonne volonté et idées) 

Le hackathon est centré sur le livre numérique, et les usages du livre : les éditeurs partenaires ont fourni quelques livres issus de leur catalogue, avec toute liberté accordée aux participants pour s'en emparer à l'aide des technologies fournies par les autres partenaires, pour le travail sur les fichiers EPUB. Seul impératif pour les participants, apporter leur propre ordinateur.

 

« Travailler sur les usages du livre, c'est regarder ce qu'il y a à créer en marge des ebooks fournis par les éditeurs : les réseaux sociaux, les recommandations, les enrichissements en marge du livre ou les annotations », explique Antoine Garnier, chargé du développement commercial pour l'institut Mines-Télécom et fondateur de Sanspapier.com, organisateur de l'événement.

 

Les éditeurs partenaires proposeront leurs contenus lors de la soirée d'ouverture, avec quelques pistes sur leurs attentes, mais l'ensemble du hackathon fera évidemment appel « à la créativité des uns et des autres ».

 

« L'espace informel du hackathon permet la progression rapide d'une idée »

Antoine Garnier

 

Les pistes de recherche gravitent autour de la lecture sociale, une des réflexions en vogue autour du livre numérique : « Le hackathon poursuivra une tendance, mais avec l'opportunité de travailler sur des contenus professionnels, et des usages qui sont encore loin d'être démocratisés », souligne Antoine Garnier. Et où le champ de l'innovation est loin d'être arrêté, par conséquent.

 

La librairie MO3T est également partenaire de l'événement, et proposera quelques-uns de ses outils, dont un module qui permet d'accéder à l'URL d'un livre à partir de la photographie d'une couverture de livre. L'Institut de recherche et d'innovation (IRI), au Centre Pompidou, proposera de son côté un outil d'annotations qui est susceptible d'intéresser, entre autres, Le Robert, pour les applications que l'on imagine.

 

Parallèlement à cette volonté de se faire rencontrer la recherche et les usages, le hackathon est aussi l'occasion, pour les participants, de se faire la main ou de présenter un projet complet : « Tout ce qui relève des apports, dans le hackathon, reste aux créateurs, qu'il s'agisse des contenus des éditeurs ou des créations des participants. Par ailleurs, ce qui a été créé pendant le hackathon pourra être utilisé dans un book ou une présentation, pour présenter une première réalisation. » Outre l'expérience, le hackathon permet aussi de mettre en relation candidats et entreprises, dans une certaine mesure.

 

L'événement sera lancé le vendredi 12 décembre prochain, à 18h, et se poursuivra jusqu'au dimanche 17h, avant la soirée de restitution des projets. Une nocturne sera proposée le samedi, jusque 23h, avec une intervention musicale pour « susciter d'autres formes d'échanges ». Une quinzaine de mentors seront présents lors de l'événement, dont ActuaLitté est partenaire, pour accompagner et aider les participants.

 

Pour s'inscrire, c'est par ici, et c'est gratuit.