Hadopi : Sarkozy "sidéré" des propos de Hollande

Clément Solym - 25.01.2012

Lecture numérique - Législation - Hadopi - Hollande - Sarkozy


La joutte verbale continue chez les politiques concernant la loi Hadopi, mise en place pour lutter contre le piratage et le téléchargement illégal.

 

Nicolas Sarkozy a riposté aux propos de François Hollande, et s'est dit « sidéré » par son projet d'abroger la loi. Le chef de l'Etat a affirmé qu'il ne reviendrait pas sur cette loi, qu'il juge efficace et qu'il souhaite étendre contre le piratage au streaming. 

 

 

La semaine dernière aux Biennales internationales du spectacle à Nantes, François Hollande avait déclaré qu'en cas de victoire le 6 mai il abrogerait Hadopi pour mettre en place « une loi sur l'exception culturelle». 


Pour Sarkozy, ce projet n'est autre qu'un « désarmement unilatéral à l'égard du piratage » qui sanctionnerait les créateurs, rapporte l'AFP. 

 
Paternaliste, il a sous-entendu que le désir d'abrogation de la loi Hadopi du PS était animé par le souci de ne pas faire de la peine aux jeunes, ironisant sur les indécisions de Hollande à ce sujet : « C'est simplement la facilité, toujours la facilité, encore la facilité. Dire oui, puis oui, puis oui et encore oui, parce que pour dire non il faut un minimum de courage.», a-t-il dit mardi à Marseille lors de ses voeux au monde culturel.

 

Entre temps, et pour ne pas s'attirer les foudres des majors, le candidat était revenu sur ses déclarations, en expliquant qu'il entendait remplacer l'Hadopi. Toujours les mêmes incertitudes, ou hésitation, flatter la chèvre et le choux est malaisé, et surtout, désavoue complètement sa Dame Culture, Aurélie Filippetti...

 

Cellec- avait en effet abondé dans le sens d'un futur sans Hadopi, destiné à renouveler les voeux de Hollande d'un acte II dansl'exception culturelle française. Il s'agissait alors, en sortant du discours du Bourget, de refondre le droit d'auteur, sur les bases d'une ère numérique. Le tout « en respectant le droit d'auteur » malgré tout. Le couac, c'est donc l'opinion des professionnelles ? Aucun de ceux qu'Aurélie Filippetti a rencontrés ne se disait satisfait de cette Hadopi.