medias

Honest Few : lire gratuitement un livre contre un partage sur les réseaux

Antoine Oury - 26.12.2016

Lecture numérique - Usages - livre gratuit - réseaux sociaux livre - marketing livre réseaux sociaux


Le marketing du livre sur Internet a sûrement de beaux jours devant lui, mais il se résume pour le moment à quelques stratégies récurrentes, dont les promotions (ou la gratuité) et l'effet de popularité induit par les réseaux sociaux. Le service Honest Few propose d'utiliser ces deux leviers pour faire décoller un titre...

 

Social Media apps

(Jason Howie, CC BY 2.0)

 

 

Les résultats sont de plus en plus nuancés, mais des études auprès des lecteurs montrent que le prix des livres numériques a une incidence certaine sur leur adoption : le service Honest Few propose de nourrir gratuitement ses appareils et sa curiosité de nouvelles lectures en échange d'un simple partage sur les réseaux sociaux.

 

L'idée n'a rien de neuf, évidemment, et serait même l'inverse d'une innovation, à ce compte : déjà en 2013, au moins, des approches similaires ont été tentées, y compris par des éditeurs. C'était alors Pan Macmillan qui s'y risquait, avec une page web dédiée. L'internaute était invité à publier un message préécrit, et recevait en échange l'exemplaire numérique d'un livre de la maison.

 

Bienvenue dans l'âge de pierre du numérique, ou tout ce qu'il ne faut pas faire pour susciter le succès : Honest Few repose sur le même principe, mais a heureusement abandonné l'idée d'un partage de message automatiquement généré pour se contenter d'un « J'aime » ou d'un partage sur les réseaux. Le problème, c'est que cette étape, qui fait figure de paiement pour télécharger — gratuitement — un livre, s'effectue forcément avant la lecture : impossible, donc, de personnaliser son post sur les réseaux.

 

FBI : Fausse Bonne Idée ? 

 

Honest Few manque ainsi l'essence du réseau social : ce qui fait le succès d'un post n'est pas forcément son contenu, mais le message qui y est associé, et auquel tel ou tel contact accordera son attention. Un livre n'est pas une vidéo d'un animal mignon et, sans recommandation spécifique, un autre utilisateur du réseau social a peu de risques de s'y intéresser.

 

Certes, Honest Few propose bien un résumé et quelques informations sur les livres disponibles, mais tout cela est bien trop superficiel pour susciter un commentaire qui inciterait au téléchargement par un tiers. Pour accéder à la page de partage et télécharger un livre, il est d'ailleurs de créer un compte sur Honest Few – un obstacle de plus dans la constitution d'une communauté. 

 

 

 

Bien entendu, personne n’affirme avoir inventé la roue avec ce modèle de partage : depuis plusieurs années, l’outil Pay with a Tweet permet de créer des échanges entre les utilisateurs du réseau Twitter et les créateurs de contenus. Un simple message diffusé à ses abonnés permet alors de bénéficier d’une œuvre, à la discrétion de son ayant droit, gratuitement. 

 

Bien d'autres services du genre existent, comme BookGrabbr, qui semble résister aux années, mais aucun, à notre connaissance, n'a songé à proposer un partage après plusieurs dizaines de pages lues, ou au milieu du livre, ce qui permettrait au lecteur de réellement s'exprimer sur l'intérêt du titre. 

 

Honest Few semble avant tout s'adresser aux auteurs indépendants, et leur propose également de procéder à des ventes de leurs ouvrages ou encore d'afficher les critiques des lecteurs sur les pages correspondantes à leurs livres.

 

Lecteurs, communauté et réseaux sociaux : promouvoir le livre