HP Lovecraft traducteur tentaculaire de François Bon

Nicolas Gary - 01.04.2014

Lecture numérique - Acteurs numériques - François Bon - HP Lovecraft - traduction


« Après un tour de table, Howard nous a expliqué combien le projet l'emballait : il en voulait beaucoup à Houellebecq de son ouvrage, et finalement, il a décidé que la langue romanesque de François était plus conforme à la gnose et au mysticisme qui ont fait le succès du romancier, notamment Sortie d'usine. » Ainsi parlait Gwen Catala, responsable des éditions Publie.net. C'est que l'aventure éditoriale qu'implique la traduction n'est jamais facile. « Tout particulièrement de profundis », ajoute-t-il.

 

 

 

 

C'est donc une douzaine de titres du romancier François Bon que HP Lovecraft a décidé de traduire vers l'anglais. L'éditeur reconnaît la difficulté de travailler avec un auteur décédé depuis 1937. « Heureusement, les nouvelles technologies d'informations et de communications sont parvenues à pallier les problèmes de connexions. Twitter est peut-être bloqué en Turquie, mais il passe très bien dans la cité de R'lyeh. Le plus problématique était d'assurer la jonction avec Xoth, située au large de Betelgeuse. »

 

Dans tous les cas, c'est avec humour que François Bon évoque les impératifs allers-retours avec HP, durant cet exercice de traduction : 

 

 

 

Peut-être ce qui rapprochait le plus les deux hommes était cette idée d'une civilisation menacée, ou encore les risques liés à une ère scientifique et technologique mal comprise. 

 

 

 

 

« La façon dont, narrativement, chaque phrase accomplit une et une seule chose dans la narration globale, et lui est nécessaire », explique le romancier, qui présente quelques points essentiels dans son travail de traducteur : 

 

 ses récits brefs, souvent les plus denses, l'atelier même de son fantastique ;

 ses romans et fictions avec parties et chapitres ; 

 progressivement, ses articles, essais, lettres les plus significatifs ;

 on souhaite aussi installer une rubrique non pas critique (on s'en moque) mais d'analyse, de compréhension et d'explicitation, de même que chaque texte sera précédé d'une brève introduction ;

 enfin, ce site vous est ouvert – vos propres lectures, analyses, interrogations, mais contribution directement par des fictions.

 

 

Il paraîtrait que les deux hommes partagent désormais une passion peu commune pour Bob Dylan et Led Zepplin. On peut retrouver l'intégralité des ouvrages, dans la librairie de Publie.net ou encore, le site dédié, the Bon Monument.