medias

iBooks Author : derrière l'EPUB propriétaire, un El Dorado ?

Clément Solym - 25.01.2012

Lecture numérique - Applications - iBooks Author - application - Apple


L'annonce et la présentation de iBooks Author, service d'auto-édition pour les outils d'Apple a fait grand bruit. Sauf que très rapidement, tout le monde a déchanté, en découvrant qu'avec ce service, Apple verrouillait un peu plus son écosystème, d'une part avec un nouveau format, d'autre part, avec une commercialisation obligatoire via l'iBookstore. Râââh pas Lovely du tout !

 

L'application iBooks Author permet de créer très facilement des ouvrages enrichis, et par extension se propose d'ouvrir la voie à des manuels scolaires. Depuis sa sortie la semaine dernière, beaucoup de questions ont été soulevées par des internautes notamment celle du format des textes à éditer et publier. 

 

Mais Apple a introduit une nuance dans l'usage de l'EPUB, en créant une nouvelle génération, une variante propriétaire du format ouvert, le .IBOOK. Puis la firme de Cupertino a créé un modèle commercial qui se sert de cette technologie propriétaire pour monétiser les transactions commerciales. 

 

 

Comme nous l'avions expliqué dans un dossier analysant le nouveau format, au moment de l'export, plusieurs possibilités, ibooks, PDF ou texte. Mais pas EPUB. Dans ce cas : 

Si vous le modifiez (ou remplacez l'extension .ibooks par .epub), le fichier pourra alors être ouvert par d'autres applications qu'iBooks 2, mais restera toutefois quasi illisible puisque les feuilles de style seront totalement ignorées.

 

Pour résumer, ibooks a le goût de l'EPUB, le contenu de l'EPUB mais n'est pas totalement de l'EPUB. Nous croyons voir un EPUB lorsque nous "dézippons" le fichier créé, mais ce n'en est pas un si nous le regardons plus en détail. (voir notre dossier iBooks Author

 

Effectivement, cette solution est un outil de contrôle de plus dans l'environnement Apple, qui, en ouvrant la commercialisation d'oeuvres d'auteurs indépendants, entend bien créer un canal unique pour lesdits ouvrages. Le tout avec les fameux 30 % de commission pris par la société, sur le tarif de vente. Pour le moment, les petits bidouilleurs s'amusent et découvrent quelques portes encore entrouvertes, explique TUAW.

  

On parle ainsi d'un widget Dashcode, écrit en HTML 5, une première sur iOS. Certes. En attendant qu'Apple verrouille ce genre de petites choses inattendues. Pour l'heure, on ne réalise réellement que la contrainte de ce format propriétaire, mais d'ici quelques semaines, peut-être verra-t-on combien ce dernier ouvre une technologie, qui ne sera pas révolutionnaire, certes, mais permettra de profiter plus largement d'oeuvres inédites. 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.