iBooks Store : Les équipes surveillent attentivement le marché

Antoine Oury - 26.06.2014

Lecture numérique - Acteurs numériques - Apple - iBooks - livres numériques


Recevoir une invitation dans les quartiers généraux de Apple, en plein Oxford Circus, à Londres, n'arrive pas tous les jours. Quel sujet est assez brûlant pour requérir autant d'attention de notre part ? Le conflit Hachette-Amazon ? Un nouvel appareil ? De nouvelles règles d'utilisation concernant la censure pratiquée dans l'iBooks Store, la librairie en ligne de la marque ? Non, une simple revue des fonctionnalités d'iBooks, et un iPad Mini à la clé.

 

 

Apple Store - Oxford Circus, London

Apple Store, Oxford Circus, Londres (ActuaLitté, CC BY-SA 2.0)

 

 

L'excitation est à son comble : entrer dans les bureaux d'Apple, même sans la Reine, c'est mettre un pied dans le château. À l'étage, ce sont trois employés tout sourire qui nous accueillent, avec leurs seuls prénoms comme carte de visite. Et il faudra plutôt se servir de d'un stylo que de son iPhone pour enregistrer la discussion : revenir au papier entre de tels murs, un comble...

 

La session commence avec une démonstration des fonctionnalités d'iBooks : le défilement page à page ou en scrolling, le choix de la police et des caractères, les modes nuit ou sépia, l'enregistrement de la progression dans l'ebook pour passer facilement d'un appareil Apple à un autre (iPad, Mac, iPhone)... Tout cela est bel et bon, mais sans réelle nouveauté...

 

On remarquera simplement que le partage direct d'extraits de texte se fera uniquement par mail, avec mention de l'auteur, du titre et de l'éditeur, et non sur les réseaux sociaux, pour ne pas risquer de froisser les ayants droit.

 

Les équipes éditoriales d'iBooks sur le pied de guerre

 

En début de semaine, Apple dévoilait tout de même une nouvelle catégorie au sein de l'iBooks Store : « Nouveaux Auteurs ». Une catégorie créée par les équipes éditoriales d'Apple, en collaboration avec les éditeurs, et qui vise à mettre en avant, de manière ponctuelle, quelques auteurs dont les « editors » (spécialistes du livre) sont tombés amoureux. 

 

Entre le 23 et le 29 juin, ce sont donc 7 ouvrages qui ont été ou seront proposés gratuitement, dans différents genres, du polar à la SF en passant par la romance, à raison d'un livre par jour. En France, toutefois, l'attrait de la promotion est moindre, puisque tous les stores bénéficient de la gratuité, prix du livre numérique oblige. Et, peu importe le contenu, jeu vidéo, films ou livres, toutes les opérations se font dans le strict respect de la législation. 

 

Ce sont également les équipes éditoriales qui se chargent de la revue des différents contenus proposés, notamment sur le plan des couvertures, régulièrement censurées. À ce titre, Apple rappelle que l'iBooks Store n'est définitivement pas un lieu pour les contenus à risques, histoire que toute la famille puisse en profiter. Les textes n'ont jamais fait l'objet d'une censure, rappelle le revendeur, et pour cause : seules les couvertures sont contrôlées.

 

Pour le reste, les retours des utilisateurs sont probablement suffisants. Les équipes éditoriales adaptent également leurs réactions en fonction des pays concernés, à l'image d'un livre numérique abordant quelques points tendancieux de la Seconde Guerre mondiale, sujet à polémique en Allemagne, mais pas du tout dans le reste de l'Europe.

 

Vient la question du regard posé sur la concurrence : on avait pu observer, curieusement, que certains ebooks de Hachette Book  Group, en précommande, avaient été mis en avant sur le Store, alors que l'éditeur est en  conflit avec Amazon. Une stratégie particulière d'Apple ou un moyen de faire la nique à Amazon ? Au moment de poser la question, toutefois, la réponse est... physiologique. Et cela donnait à peu près ça : 

 

 

Malgré l'absence d'éléments, les équipes éditoriales derrière l'iBooks Store sont attentives au marché, nous précise-t-on, aussi bien sur le plan de la concurrence que des événements livresques (récompenses et autres prix), ou encore quant aux gros titres de l'actualité.