Inciter les éditeurs à abandonner les DRM pour le watermarking

Clément Solym - 12.12.2012

Lecture numérique - Usages - verrous numériques - éditeurs - watermarking


Il semble que les éditeurs des Pays-Bas se voient offrir une solution assez inédite en matière de protection de fichiers : jusqu'au 31 décembre, ils peuvent utiliser une solution technique pour leurs ebooks, permettant d'insérer un watermarking, plutôt que les DRM Adobe. Le service est proposé par le distributeur Centraal Boekhuis. Incroyable ?

 

 

 

 

Absoluement : incroyable, mais vrai. Remplacer les verrous numériques par un watermarking, qui substitue aux verrous un marqueur, ou plusieurs, contenant des informations établissant en partie l'identité de l'acheteur. Une solution bien plus souple, permettant un partage simplifié pour les utilisateurs, tout en assurant qu'ils font attention à diffuser intelligemment. 

 

Le grand patron de Pottermore l'avait assuré : les internautes apprécient bien plus cette solution technique de protection, qui les responsabilise vis-à-vis de l'utilisation. Si le fichier est partagé, il est facile de retrouver la personne qui l'avait acheté, et donc de remonter jusqu'à elle.

 

Et du côté de la maison Angry Birds, qui n'avait jamais eu recours aux DRM, on biche : « Ce sont les plus grands éditeurs qui s'accrochent désespérément à ce radeau. Nombre de petits éditeurs prônent le sans DRM maintenant, ou du moins, ne s'inquiètent pas du piratage outre mesure. »

 

Ainsi, outre que la protection lourde qu'impliquent les DRM pose un sérieux souci aux consommateurs, elle n'a jamais démontré son efficacité dans la lutte contre le piratage. En fait... Charlie Redmayne, de Pottermore, assurait que depuis qu'une offre légale d'Harry Potter existait, et avec watermarking, le nombre de fichiers pirates avait diminué de 25 %. Un chiffre probablement pas imputable au seul bénéfice du watermark, mais qui fait immanquablement sens. 

 

À ce titre, le site eReaders.nl vient de mettre en ligne une pétition, pour encourager tous les éditeurs du pays à abandonner les DRM, et basculer pour un simple marquage des livres numériques, qui responsabilisent les consommateurs, plutôt que de les considérer comme de potentiels criminels.

 

« Nous demandons donc aux éditeurs de passer par des filigranes de sécurité plus légers [NdR : le watermarking] », pose le site. SI l'abandon des DRM ne fait pas encore l'unanimité dans le coeur frileux des éditeurs, il est toujours important de pouvoir mobiliser les forces vives des lecteurs pour combattre cette chienlit. La pétition sera en ligne jusqu'au 20 décembre et par la suite, sera envoyée à l'Association des éditeurs néerlandais.

 

Et laissé à leurs bons soins...




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.