Inkling licencie environ 25 % de son personnel

Louis Mallié - 07.05.2014

Lecture numérique - Acteurs numériques - Inkling - Ipad - Android


La plateforme de publication numérique pour Ipad Inkling a décidé de fermer son service de consommateur pour mieux se concentrer sur une autre partie de son activité.  Contacté par techcrunch.com, son PDG Matt Maclnnis a expliqué que les licenciements représentaient un peu moins de 25 % de la main-d'oeuvre totale de l'entreprise. 

 

 

Après l'échec du service de manuels numériques Kno et la fermeture de Coursemart, c'est donc au tour de Inkling de flancher. Créée en 2009, la plateforme fournit des contenus destinés aux étudiants. Au cours des derniers mois, la plateforme avait déjà dû réduire son personnel, le manuel scolaire en format numérique peinant à être accepté des étudiants. 

 

« C'était une décision difficile à prendre, parce même s'ils accomplissaient bien leur travail, nous n'avions plus besoin d'eux », a expliqué Matt Maclnnis.  Selon lui, la décision d'éliminer le service des consommateurs était due à la nécessité du « concentrer notre équipe. Les licenciements concernent essentiellement les personnes dont le travail consistait à s'occuper du commerce en détail ».

 

Les licenciements entendent donc non pas signifier un déclin de l'entreprise, mais un tournant. Pour ne pas suivre l'exemple de ses confrères Inkling vise l'extension de son activité : en effet, la société a lancé sa première application Android qui devrait lui permettre de s'infiltrer au sein d'un plus large public.  

 

Par ailleurs, la société avait déjà élargi son offre par l'achat en octobre dernier à Open Air Publishing des marques « Betterbook » et « Ready, Set, Baby ! ». Depuis sa création, la société, qui compte environ 100 salariés, a levé un financement de 46 millions $ grâce à de nombreux partenaires, dont 16 millions l'été dernier fournis par Sequoia Capital.