Intel rachète la plateforme pédagogique et numérique Kno

Clément Solym - 12.11.2013

Lecture numérique - Acteurs numériques - Kno - plateforme numérique - pédagogie


Le service éducatif et pédagogique Kno avait été lancé avec les vivas et les hourras, suite à une levée de fonds de 100 millions $. Mais après quelques années de tentatives et d'expérimentations, ce 8 novembre, la firme basée à Santa Clara, en Californie, a été revendue à la société Intel, spécialisée dans les processeurs. Pour un montant qui paraît dérisoire.

 

 

 

 

Selon des personnes bien informées, évoquées par GigaOm, le montant de la vente tournerait autour de 15 millions $. Intel a racheté la société pour l'ensemble des contenus liés à la propriété intellectuelle, mais également les salariés. Intel avait de toute manière été l'un des grands investisseurs dans l'entreprise. 

 

Pour certains, la mort de Kno est une histoire écrite par avance, depuis la levée des 73 millions $ voilà quatre ans. Pourtant, le projet avait toutes les qualités évidentes pour devenir un écosystème pédagogique pertinent. Les multiples adaptations proposées aux étudiants pour leur simplifier la vie et les différentes applications pour tablettes furent autant de ramifications prometteuses.

 

Un accord avec CourseSmart, éditeur de contenu éducatif et pédagogique, avait été mis sur pied, mais n'aura pas démontré autre chose que des doutes supplémentaires. L'un des enjeux dans le monde des manuels scolaires reste que les étudiants peuvent revendre leurs manuels papier à la fin de l'année, tandis que les solutions numériques ne sont financièrement pas plus attractives. 

 

Pour Intel, ce rachat est un moyen simple pour accroître la division scolaire de la firme - qui s'est lancée dans des tablettes à dimension éducative. Kno vend aujourd'hui des contenus scolaires pour le compte de 75 éditeurs, avec un catalogue de 225.000 titres.

 

Lancée en 2009 la société proposait de lancer une tablette personnalisée de 14 pouces, liée à une plateforme globale. Mais ce projet fut arrêté en 2011, quand l'iPad fit son apparition - Kno se rendant compte que son projet ne serait financièrement pas viable, parce qu'incapable de concurrencer la tablette d'Apple.