iPad et Kindle : une histoire de grille-pain capricieux

Clément Solym - 29.04.2010

Lecture numérique - Acteurs numériques - doctorow - opposé - drm


L'iPad est annoncé par beaucoup comme l'appareil qui va lancer la révolution numérique. Mieux encore, avec le modèle d'agence lancé par Apple, les éditeurs considèrent la société comme leur sauveur.

Pourtant, il reste encore des contestataires qui n'hésitent pas à descendre l'iPad et la politique d'Apple. Cory Doctorow en fait partie et il explique pourquoi dans un article paru sur Publisher Weekly. Une de ses métaphores résume assez bien sa position : « La compagnie qui fabrique votre grille-pain doit-elle vous dire quel pain vous avez le droit d'acheter ? »

L'objet de l'ire de Cory Doctorow est clair, il s'agit des DRM qui empêchent de lire les ebooks qui ne sont pas acceptés par Apple. Une critique que l'on aurait déjà pu faire à iTunes ou encore à Amazon avec le Kindle.

Et si Cory Doctorow s'en prend à l'iPad, il n'en oublie pas pour autant le Kindle. Pour le plaisir on lira une autre de ses métaphores : « Les appareils comme l'iPad et le Kindle sont une chose d'un genre complètement nouveau. Ils fonctionnent comme une bibliothèque qui rejetterait [de ses étagères] tous les livres excepté ceux qui sont autorisés par le fabricant ».

Pour lui, être trop assujetti au bon vouloir d'un fabricant est une chose effrayante. Et d'expliquer qu'Apple pourrait par exemple décider de retirer des livres de l'iPad et d'imposer aux consommateurs de faire de même (voilà qui rappellera une certaine mésaventure avec le Kindle). Quant à ce qui préoccupe les éditeurs, éviter le piratage, il estime que ce système sera inutile pour ça, mais très utile pour « ce qui importe à Apple : éviter la concurrence ».