iPhone et netbooks en croissance : la chance à saisir pour l'édition

Clément Solym - 02.10.2009

Lecture numérique - Acteurs numériques - iPhone - netbooks - croissance


Un sondage réalisé pour le compte de Phone House et BVA, par Observatoire des nouvelles technologies et des multimédias vient de montrer que dans le domaine des smartphones, l'iPhone avait largement conquis le coeur des Français, qui à 18 % en sont équipés (15/24 ans).


Ce qui est intéressant, c'est que 30 % de ces utilisateurs ont opté pour le téléphone d'Apple et que 30 % comptent s'en procurer un. Fait aussi remarquable, les smartphones sont en forte croissance, puisqu'on constate une hausse de 146 %.

L'avenir de l'édition est mobile

Pour un éditeur, de telles données ne doivent pas tomber dans l'oreille d'un sourd. Outre cet enthousiasme des consommateurs pour le téléphone, c'est avant tout le public potentiel qu'un éditeur devrait prendre en compte. Il ne s'agit pas tant - encore que ce soit une possibilité à creuser très sérieusement - de créer des livres disponibles sous forme d'applications, que de considérer les diverses applications qui permettent déjà de lire des livres. Le format ePub supporté par Stanza, s'il n'en fallait citer qu'une, a un avenir de luxe sur ce support.

Mais les données technologiques ne s'arrêtent pas là : en effet, le sondage révèle que 24 % des personnes disposent d'un netbook ou un notebook et que 18 % ont une clef 3G.

Dans ce cadre, des offres de lecture en ligne deviennent plus intéressantes encore, attendu que le public dispose déjà du support de lecture bien que dans une moindre mesure de la connectivité. Trouver un hotpspot pour profiter de sa BD numérique peut être un peu pénible, mais s'il suffit d'insérer sa clef pour accéder au catalogue, alors c'est gagné.

Sur ce point, la croissance des netbooks avec clef 3G serait de 390 % !

Les éditeurs, mais également les opérateurs

La fidélité reste une constante dans les habitudes de consommation : seuls 12 % des sondés ont pensé à changer d'opérateur au cours des 12 derniers mois. De ce fait, un opérateur qui proposerait une offre culturelle tournée vers la lecture verrait probablement son potentiel de fidélisation accru. Enfin, le sondage montre que même avec l'arrivée d'un 4e opérateur, qui entraînerait pour 64 % d'entre eux une baisse des tarifs, ils seraient 76 % à préférer rester chez le leur.

Il se murmure d'ailleurs que des consultations auraient lieu, non seulement avec les cyberlibraires en place, mais surtout avec les opérateurs, pour établir les orientations que ces derniers prendront à l'avenir en matière de lecture numérique.

Sur 2324 € dépensés en multimédia chaque année, 700 € filent vers la téléphonie fixe et mobile, contre 264 pour internet, 538 € en audiovisuel et 840 € pour jeux, vidéos, musique et autre.