Isaac Asimov et les lois de la robotique au secours d'Android

Clément Solym - 11.10.2011

Lecture numérique - Acteurs numériques - Asimov - robotique - Android


Remonter le temps pour trouver les justifications de ses actes peut être la meilleure des méthodes pour contrer ses opposants. Publiées pour la première fois en 1942 dans la nouvelle Runaround, les trois lois de la Robotique d'Isaac Asimov présentent les règles de fonctionnement des machines dans le plus grand respect de la vie humaine.


Jusqu'à aujourd'hui, ou quelque temps auparavant, ces lois n'avaient de sens qu'en littérature, même si les scientifiques s'y penchent pour extrapoler des modes de fonctionnement. C'est que la technologie n'avait pour l'heure pas besoin de référer à ces lois pour son propre modus operandi.

 

 

Or, la société Motorola Mobility, que la compagnie Google tente d'acquérir, vient d'évoquer ces trois lois pour justifier les modes de sécurité conçues pour... les appareils sous Android.

 

Voici un petit rappel des lois :

  1. Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, restant passif, permettre qu'un être humain soit exposé au danger.
  2. Un robot doit obéir aux ordres que lui donne un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la première loi.
  3. Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n'entre pas en conflit avec la première ou la deuxième loi.

Or, c'est dans le cadre de la création de la plateforme 3LM, pour Three Laws of Mobility, que les trois lois d'Asimov ont été évoquées, invoquées et prétextées. Une philosophie originale, pour le moins, qui revendique la protection des utilisateurs et usagers de l'Andrdoid market en priorité.

 

Les fans de SF apprécieront la référence, et le travail effectué pour se conformer aux lois, mais plusieurs soucis techniques se posent, notamment dans le cadre de l'adresse IP.

 

Plusieurs fabricants intégreront d'ores et déjà cette technologie de protection, mais reste à découvrir quels paradoxes pourront en sortir...