Italie : Le prix des ebooks en baisse après l'application de la TVA réduite

Nicolas Gary - 12.01.2015

Lecture numérique - Législation - Italie TVA - livre numérique - législation ebook


L'Italie assure avoir fait un effort en faveur des lecteurs. Le pays s'était rangé derrière la France et le Luxembourg, en décidant d'adopter une TVA réduite pour les livres numériques. Mais les lecteurs se sont rapidement plaints, suite au passage de la TVA à 4 % sur l'ebook, de ce que les prix ne suivaient pas le mouvement. Correction effectuée.

 

 

 

Selon l'Associazione italiana editori (Association italienne des éditeurs), de nombreuses listes de livres ont vu leurs tarifs révisés à la baisse. Et d'inviter les consommateurs à effectuer les vérifications, pour constater qu'il y a bien eu un avant, et un après. « L'AIE avait promu une campagne en ligne massive, #unlibroeunlibro, pour rétablir le traitement fiscal des livres numériques, par rapport à ceux imprimés », rappelle l'organisation. 

 

Le ministre du Patrimoine et des activités culturelles, Dario Franceschini, avait déposé l'amendement devant la chambre pour que cette réduction soit appliquée. Et il a lui-même confirmé que les éditeurs commençaient à répercuter la baisse de prix, suite à la baisse de TVA. 

 

 

 

Plusieurs maisons sont également passées par Twitter pour annoncer leurs baisses tarifaires. Chez RCS Libri, Laura Donnini a assuré que l'on tablait sur 40 % de remise maintenant, par rapport au papier. Et plus de 200 titres étaient désormais passés à 9,99 €. De même chez Mondadori, où Riccardo Cavallero a confirmé que la diminution moyenne serait de 12 % du prix de vente. 

 

Le public des lecteurs italiens a rapidement grogné, considérant que la répercussion tardait à se concrétiser, d'autant plus désagréable que l'AIE affirmait défendre l'intérêt des consommateurs dans sa campagne #unlibroeunlibro. Voyant qu'au 1er janvier 2015, la TVA réduite n'était pas immédiatement appliquée, les clients se sont fait entendre. 

 

La Legge di Stabilita 2015 a permis au pays de considérer que le mot livre pouvait être interprété, contre l'avis de la directive européenne, comme une publication qui ne se retreignait pas au livre imprimé. En incluant le livre numérique, l'Italie risque également de tomber sous le coup d'une procédure d'infraction, comme c'est le cas pour la France et le Luxembourg.

 

Marco Pollilo, président de l'AIE, soulignait que pour l'Italie cette modification législative visait également à faire changer les esprits européens sur la question. « Cela permettra d'ouvrir de nouveaux scénarios pour la lecture en Italie », estimait-il.  (via Help Consumatori)