medias

iTunes et Google Play en Russie : contre le piratage, l'offre légale

Clément Solym - 11.12.2012

Lecture numérique - Acteurs numériques - iTunes Store - Google Play Store - Russie


Deux nouveaux acteurs viennent d'entrer sur le marché russe, pour le plus grand plaisir des éditeurs locaux. Alors que le marché du livre numérique est vérolé par un piratage de masse impressionnant, l'ouverture des boutiques iTunes et Google Play marque probablement un virage dans l'offre légale. Et c'est avec sérénité que les éditeurs voient l'arrivée de ces acteurs...

 

L'iTunes Store avait débarqué la semaine passée en Russie, ainsi qu'en Turquie, en Arabie Saoudite et Liban, la veille d'un événement majeur organisé à Moscou. C'était une généralisation de l'iTunes Store dans le monde, puisqu'Apple ouvrait les portes de sa boutique à 56 pays dans le monde. Des tarifs généralement moins importants que pour la boutique US, constatés dans les étals numériques, mais une offre également plus restreinte. 

 

 

 

Et la semaine suivante, c'est à Google de créer l'événement, pour offrir aux consommateurs un accès aux livres et films de son catalogue. Les ouvrages numériques coûtent en moyenne 49 roubles, mais d'autres titres sont évidemment gratuitement disponibles. La seule exigence c'est de disposer d'un compte Google Wallet avec une carte de crédit enregistrée pour pouvoir effectuer ses emplettes. Les acheteurs peuvent d'ores et déjà laisser leurs commentaires sur les titres qu'ils se sont procurés, mais tout cela démarre assez doucement. 

 

Pour autant, c'est avec sérénité que les acteurs russes voient s'ouvrir les boutiques des géants américains, souhaitant que cela apporte un peu de cadre au marché du livre numérique. En effet, en mars dernier, Anastasia Lester, scout agent, expliquait à ActuaLitté que l'offre légale en Russie, de 30.000 ouvrages, était largement dépassée par les 250.000 titres d'offre pirate

 

« Je dois impérativement convaincre les éditeurs de céder les droits numériques, parce que sans eux, les éditeurs russes ne peuvent pas défendre le droit d'auteur, ni solliciter les sociétés qui vont traquer les oeuvres piratées sur internet. Et sans même parler de l'argent que l'on perd sur les ventes des oeuvres, parce que le marché russe est très vif », assurait-elle.

 

Avec Google et Apple, qui ont préparé cette introduction sur le marché russe depuis plusieurs mois, c'est une solution importante pour apporter une nouvelle offre légale, motivée par des acteurs d'envergure. « L'environnement va-t-il changer, concernant le piratage, c'est encore bien trop tôt pour le dire, mais les éditeurs savent que c'est dans leur intérêt que ces acteurs interviennent sur le marché de l'ebook. Ils sont sereins sur ce point. Ce qui est de toute manière important pour les éditeurs qui travaillent dans la production de livres numériques, c'est la compatibilité avec les appareils qui sont commercialisés sur le marché russe », analyse Anastasia Lester. 

 

En attendant, l'offre va se constituer progressivement, et les consommatrices découvriront l'offre de même. Seul le temps fera en sorte que les habitudes changent...

 

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.