Jeff Bezos : grâce aux ebooks, "les éditeurs ont une rentabilité inégalée"

Clément Solym - 03.12.2014

Lecture numérique - Acteurs numériques - Jeff Bezos - livre numérique - innovation recherche développement


Patron d'une grosse entreprise, un job qui demande une certaine aisance, et pour lequel Jeff Bezos sait pratiquer de vertigineux grands écarts. Le PDG d'Amazon, au cours d'une conférence organisée par Business Insider, Future of Digital, qui se déroulait à New York, a fait l'une de ces rares apparitions publiques, qui en font une super star, immanquablement. Silence... Action !

 

 

 

Après vingt années d'existence, la firme qu'il dirige a connu des hauts et des bas. Et le dernier en date, c'est le conflit avec Hachette Book Group : impossible de s'entendre, durant plusieurs mois, sur les conditions contractuelles de vente des ebooks. Heureusement, tout est bien qui finit bien. « C'est un travail essentiel pour n'importe quel détaillant, de négocier dur pour le compte de ses clients. C'est ce que nous faisons, et nous devons continuer de le faire. Cela fait partie de notre travail. »

 

Un peu comme avec le rachat du Washington Post, sur ses deniers personnels : bien entendu, il y a un plan, mais pas question d'en dévoiler, même les grandes lignes. Sinon que le journal va poursuivre son extension nationale, et devenir plus international.

 

Bezos affirme ne passer que six heures par an sur ses relations avec les investisseurs, qui s'inquiètent de plus en plus. Les actions ont perdu plus de 18 % de leur valeur au cours de cette année, et le patron ne communique pas vraiment sur ses projets futurs. 

 

Débarqué en jean avec une veste grise, Bezos est souriant, comme toujours, et défend la culture d'Amazon : dépenser et investir, toujours dans des projets inédits, quand bien même, à l'instar du Fire Phone, ils font un flop complet. « Nous sommes une grande entreprise, mais nous sommes également encore une start-up. Il y a beaucoup de volatilité dans les start-ups », assure-t-il.

 

« J'ai fait des milliards de dollars d'échecs, chez Amazon.com », reconnaît-il. « Aucune de ces choses n'est amusante, mais elles n'ont pas d'importance. Ce qui importe vraiment, c'est que les entreprises qui cessent d'expérimenter – qui elles adoptent une posture d'échec – plongent dans une situation désespérée, où la seule chose qu'elles peuvent finalement faire, c'est “Je vous salue Marie”. »

 

Rappelons aussi qu'il compte, personnellement, parmi les investisseurs de Business Insiders, qui organisait la conférence. Pas question de se faire – trop – servir la soupe, mais pas question non plus de cracher dedans. Revenant sur le conflit Hachette, il rappelle que le livre numérique est devenu populaire grâce à l'apparition du Kindle en 2007, et que les éditeurs sont en meilleure forme depuis que ce format ajoute un peu de chiffre d'affaires beurré aux épinards.

 

« Il est difficile pour les personnes bien installées, dans une chose douce, d'embrasser le changement. Faire de la lecture quelque chose de plus abordable, ne va pas empêcher les auteurs de gagner de l'argent. Cela leur fera gagner plus d'argent », jure-t-il. Bien entendu, un livre vendu 30 $, c'est trop cher, surtout quand les entreprises du divertissement proposent tant de raisons de se détourner de la lecture.

 

« Si vous affinez votre champ de vision, et pensez simplement que les livres sont en compétition les uns avec les autres, alors vous prenez vraiment de mauvaises décisions. Si nous souhaitons une culture saine pour la lecture, alors on doit rendre les livres plus accessibles – et une partie de cela réside dans le fait de les rendre moins coûteux. »

 

Le Kindle a d'ailleurs été conçu, jure-t-il, pour réduire les réticences vis-à-vis de la lecture, « et ça marche ». La livraison d'un ouvrage, au format numérique en moins de 60 secondes, c'est une conception en soi inédite de l'accès aux livres. Or, à ce jour, « les éditeurs ont une rentabilité inégalée. L'industrie de l'édition est en meilleure forme qu'elle ne l'a jamais été, et ce, en raison des ebooks ».