Jeu vidéo : Comment Super Mario a raté les droits d'Harry Potter

Clément Solym - 09.02.2015

Lecture numérique - Acteurs numériques - Nintendo jeux - console game - jeu vidéo


Pas faute d'avoir essayé, disait le plombier Luigi à son plombier de frère, Mario : en 1998, les équipes de Nintendo, dont les deux moustachus adeptes des tuyaux sont devenus les égéries, tentèrent de faire main basse sur une franchise prometteuse. Il s'agissait des aventures d'un apprenti sorcier, dans une école baptisée Poudlard...

 

 

Overlord of Room 601

Kevin Thai, CC BY ND 2.0

 

 

Nintendo America avait tenté le coup, et, comme le nez de Cléopatre, le monde eut été changé, si le développeur de jeux vidéo était parvenu à ses fins. Une équipe de salariés, en interne, avait cherché à réaliser un développement pour un jeu à la troisième personne et un autre, décliné autour du Quidditch – deux titres alors envisagés pour Nintendo 64 et Game Boy Advance. Et d'autres encore étaient prévus pour la GameCube. 

 

À l'époque, le succès était encore frémissant pour le petit sorcier de JK Rowling : le premier tome était paru en 1997, et la popularité allait croissant. Rappelons que les tomes suivants sortirent en 98 puis 99 et 2000. Une pause fut alors marquée avant que ne reprennent les publications en 2003, puis tous les deux ans. 

 

Autrement dit, le pari Potter n'était pas du tout cuit, même si, encore une fois, le petit magicien avait tout pour plaire. 

 

Sauf que les équipes de Nintendo se sont lancées avec deux perspectives trop distinctes : les uns prêchaient pour une adaptation très inspirée, graphiquement, de la couverture de Thomas Taylor – premier illustrateur. Les autres, supérieurs hiérarchiques, envisageaient un look plus orienté vers le manga, assure Unseen64

 

JK Rowling, alors très cadrée par son agent, mais encore loin du tas d'or sur lequel elle dort aujourd'hui, aurait accepté des réunions sur le sujet, pour finalement refuser une offre. C'est que d'autres étaient sur le coup, et elle avait obtenu plusieurs autres propositions de géants des médias, comme Universal ou Disney. Une force de frappe autrement plus considérable. 

 

On connaît la suite, c'est Warner qui achète les droits du film, et signe un accord pour un jeu vidéo, en partenariat avec Electronic Arts. Et bien entendu, Nintendo était incapable de se projeter dans le monde du cinéma. En regard des millions de dollars générés par la franchise Potter, et ses huit films, on comprend tout le flair dont la romancière a su faire preuve.  

 

Ces confessions, assez étonnantes, proviennent d'un ancien salarié de Nintendo Amérique. Il précise d'ailleurs que Rowling était en désaccord avec les propositions d'adaptations qui lui furent soumises. 

Maintenant, Nintendo, grâce à EA, aura pu avoir une version de Harry Potter et Le Prince de sang-mêlé, pour Wii, qui, sorti en 2009, n'arrivait que difficilement à nous arracher une larme d'émotion. ActuaLitté l'avait essayé à l'époque... et ne s'en souvient pas vraiment pour les meilleures raisons du monde.

 

Voici, du reste, trois images pour se plonger dans le bain de 1998, et des développements envisagés par Nintendo...