Jeunesse et numérique : Malorie Blackman recommande la prudence

Antoine Oury - 04.07.2014

Lecture numérique - Usages - lecture numérique - jeunesse - Malorie Blackman


Pour la télévision, le cinéma, les applications et les jeux vidéo, le secteur jeunesse est devenu une cible privilégiée. À l'heure où les dépenses culturelles se contractent, les parents sont toujours prêts à effectuer l'acte d'achat pour leur bambin, et le livre ne fait pas exception. L'auteure jeunesse Malorie Blackman, invitée de la Children's Media Conference, a toutefois tenu à rappeler que « la prudence » était de mise.

 

 

20111105-student2-2

(Devon Christopher Adams, CC BY 2.0)

 

 

La voix de Malorie Blackman ne passe jamais inaperçue : outre les milliers de ventes, elle fut l'une des Children's Laureate du Royaume-Uni, une distinction qui fait de l'auteur qui la reçoit un porte-parole pour la promotion de la lecture auprès des plus jeunes. Invitée lors de la Children's Media Conference, elle a salué les bénéfices de la lecture numérique : « Je pense que la manière d'y arriver doit être dirigée par la prudence, mais il est inévitable que de plus en plus de lectures se feront sur des appareils électroniques », a-t-elle souligné.

 

Citant les résultats d'une étude qui suggérait que 17 % d'adolescents avaient honte d'être pris en flagrant délit de lecture par leurs camarades, l'auteure jeunesse a affirmé que tablettes et autres smartphones pouvaient offrir aux adolescents peu sûrs d'eux le moyen de lire en toute tranquillité. Elle a par ailleurs appelé à une plus grande tolérance quant aux lectures « bonnes » et « mauvaises ».

 

« Nous devons surmonter ce snobisme quant aux romans graphiques et aux comics. Ces ouvrages sont les lectures de certains. Et tout ce qui conduit les jeunes à la lecture est valide », a martelé Blackman devant son audience. Elle a par ailleurs mis sur le même les applications et les livres numériques, qui sont pour elles des ouvrages aussi légitimes que la littérature classique.

 

Elle a toutefois tenu à souligner l'importance « de la compréhension dans le processus de lecture » : des applications chargées « de sons de cloche et autres sifflements » auraient tendance, d'après elle, à détourner les enfants de l'introspection propre à la lecture du texte, explique-t-elle. « J'aime les gadgets électroniques, j'ai moi-même été développeuse, mais il y aura toujours un besoin d'histoires », a-t-elle assuré.

 

Comme d'autres pays occidentaux, le Royaume-Uni fait face à une certaine stabilisation de son taux d'alphabétisme, et peine à l'améliorer : le gouvernement de David Cameron a mis en place un certain nombre d'initiatives, plus ou moins couronnées de succès.

 

(via The Guardian)