Journée mondiale contre les DRM, en croissance sur les ebooks

Clément Solym - 04.05.2012

Lecture numérique - Usages - DRM - menottes numériques - livres


« Les DRM sont des dispositifs qui ont pour but de contrôler l'accès aux œuvres numériques et l'usage qui en est fait. Elles peuvent concerner tout type d'œuvre numérique (musique, vidéo, livre, jeu, logiciel en général, etc.) sur tout type d'équipement (ordinateur, téléphone mobile, baladeur numérique, station multimédia, etc.). Le contournement de ces dispositifs de contrôle d'usage est interdit par la loi française depuis 1996, hors exceptions étroitement définies par la loi. »(source)

 

Cette approche de l'APRIL permet d'y voir clair dans la présence de DRM sur tout type de fichier numérique. Et en ce vendredi 4 mai, c'est la journée de lutte contre les DRM qui est ouverte, à l'initiative de la Free Software Foundation. (voir APRIL)

Le 4 mai 2012, la Free Software Foundation1 organise la Journée internationale contre les DRM, une journée d'information sur les dangers des DRM, des systèmes de gestion de contrôle d'usage des fichiers numériques. Ces DRM sont présents sur de nombreux fichiers comme une partie de la musique en ligne, certains livres numériques, mais aussi sur les supports physiques comme les DVD et les BlueRays pour la vidéo. Ils encodent le contenu de manière à le rendre illisible pour qui n'a pas la clé numérique pour le décoder. Les DRM ont pour principal objectif d'établir un contrôle de l'usage dans le cercle privé, jusqu'ici impossible à mettre en œuvre.

 

Une journée qui a pour vocation de rappeler combien « ces menottes numériques sont dangereuses pour les utilisateurs comme pour les développeurs de logiciels libres, et empêchent des usages légitimes sur les contenus numériques ».

 

 

 

Sur le site Defective by Design, on pointe avant tout que les DRM connaissent une alarmante croissance dans le secteur du livre numérique. « Bien que la DRM ait été largement battue dans le téléchargement de musique, elle devient un problème croissant dans le domaine du livre numérique, où les gens subissent des restrictions sur leurs livres, de sorte qu'ils ne peuvent librement les prêter, les revendre ni les donner, pas plus que les lire sans être tracés ni les déplacer vers un autre appareil sans avoir à ré-acquérir la totalité de leurs livres. Le public a même connu une suppression par des entreprises de leurs livres sans avoir donné leur permission. »

 

Une allusion à l'affaire 1984 d'Orwell, sur Kindle : un fichier avait été commercialisé et acheté, et Amazon s'étant aperçu après coup que le livre posait certains problèmes, l'avait supprimé des appareils automatiquement. 

 

Rappelons que dernièrement, l'éditeur de SF et Fantasy Tor/Forge, filiale de Macmillan a décidé de l'abandon massif des DRM pour ses fichiers, et proposera à compter du mois de juillet un catalogue complètement libéré. (voir notre actualitté

 

De son côté, Arnaud Nourry, PDG de Hachette Livre, avait eu l'occasion, durant le Salon du livre de Paris, de nous assurer qu'il ne prendrait pas part à cette journée de lutte contre les DRM. 

 

« La DRM sert à empêcher que l'on distribue des centaines de fois le fichier acheté. Le format ouvert permet une lecture libre sur tous types de supports. En France, on a une petite difficulté avec le piratage, ignorant que l'on n'a pas le droit de faire des copies librement, et à  ce titre je crois que la DRM est nécessaire. Si dans cinq ans ou dix ans, la question est culturellement dépassée, on sera ravis d'enlever les DRM. Mais aujourd'hui, nos auteurs ne comprendraient pas que l'on se lance dans un système où l'on vend une fois et où c'est copié 500 fois. C'est trop contraire à la défense du droit moral pour qu'on le fasse. Peut-être dans une prochaine génération, verra-t-on les choses autrement : la musique a fini par abandonner les DRM, mais l'heure n'est pas venue pour les éditeurs. » (voir notre actualitté)

 

Chose dramatique, cependant : « Aucun des deux candidats à l'élection présidentielle ne souhaite visiblement abroger la loi DADVSI, qui ne doit pas être la grande oubliée des lois en i. Profitons de la mise en place de ce nouveau quinquennat pour relancer la lutte contre ces lois qui, une à une, étouffent insidieusement les libertés publiques » a déclaré Frédéric Couchet, délégué général de l'April.

 

En cette journée du 4 mai, encouragez les éditeurs qui proposent des titres sans DRM !

 

Bannière journée internationale contre les DRM




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.