Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Joyeux Halloween : du Marilyn Manson dans le Projet Bradbury

La rédaction - 01.11.2013

Lecture numérique - Acteurs numériques - marilyn manson - rock - projet bradbury


 

 

Cette semaine, Neil Jomunsi s'attaque à un mythe du rock n'roll : Marilyn Manson, roi de la musique qui fait mal aux oreilles et des chauve-souris en plastique. Rassurez-vous : ce n'est que de la littérature. 

 

Cette semaine, notre écrivain fait dans la provocation, notamment après un article sur le piratage des livres qui n'aura pas manqué de déclencher la polémique sur les réseaux sociaux et de susciter des dizaines de dizaines de commentaires sur Facebook. L'écrivain y explique notamment son questionnement au sujet du partage illégal et se demande, en toute bonne foi, s'il pourrait être possible d'intégrer cette donnée dans de futurs business models éditoriaux.

« Le numérique nécessite de repenser les modèles économiques anciens pour les remplacer non pas par des rustines, mais par de nouveaux modèles, plus adaptés. Pourquoi ce que l'on appelle piratage aujourd'hui ne deviendrait pas une donnée intégrée au modèle économique de demain, écrite à la ligne promotion/publicité/solidarité des business plans futurs ? A part ses factures, on ne payera jamais une chose pour laquelle on n'a pas envie de payer. Laisser le choix, si l'opération comporte des risques, sera peut-être le premier pas vers une nouvelle économie, plus égalitaire et aux richesses mieux réparties. »

 

 

Et l'auteur de remarquer que les mots "piratage" et "partage" ne diffèrent que d'une lettre. Le début d'un nouveau modèle ? Possible. On peut se faire une meilleure idée en lisant l'article intégral sur le blog hébergé par Actualitté.

 

Mais Neil Jomunsi a décidément envie de semer la zizanie en convoquant cette semaine, dans sa fiction, l'esprit du croque-mitaine du rock n'roll Marilyn Manson. La nouvelle de la semaine lui est consacrée intégralement.

 

 

 

 

Le résumé : au crépuscule d'une carrière de rock star qui l'aura mené aux quatre coins du globe, Marilyn Manson est en proie au doute et vit cloîtré dans sa villa californienne, dans le noir, à l'abri du soleil et des critiques. Mais cette vie qui ressemble à un tombeau se transforme en cocon au moment où la vedette recluse décide de prendre son destin en main et d'affronter le monde. Tout commencera par une cuite au “Chateau Marmont”. Il laissera ses démons décider de la suite.

 

Entre Jomunsi et Manson, c'est une vieille histoire d'amour (jusqu'à rpésent unilatérale) : Quand je disais à des amis que j'écoutais cette musique, on s'écriait  : « Mais ce n'est pas de la musique, c'est du bruit ! » (depuis, j'ai découvert que beaucoup de groupes font BEAUCOUP plus de bruit que Manson) Mais d'une manière ou d'une autre, j'entendais les chuchotements derrière les cris. Car qu'on le veuille ou non, j'ai tout de suite vu que Brian Hugh Warner (son vrai nom) était un fichu romantique et qu'en cela, nous nous retrouvions.

 

Antichrist Understar est disponible à la vente chez AmazonSmashwordsKobo, et dans quelques heures/jours sur l'iBookstore d'Apple, au prix de 0,99€. La couverture est, comme d'habitude, signée Roxane Lecomte, du studioChapal&Panoz. Si l'on peut toujours s'abonner à l'intégralité des nouvelles du Projet Bradbury, on peut aussi désormais utiliser Flattr.