Kindle Unlimited : Baisse des ventes chez les auteurs autopubliés

Julien Helmlinger - 09.12.2014

Lecture numérique - Acteurs numériques - Kindle Unlimited - Rémunération - Auteurs


Voilà quatre mois que le service Kindle Unlimited, la lecture à volonté contre souscription par Amazon, est lancé aux États-Unis. Si en France l'initiative de Jeff Bezos a rencontré la frilosité de certains éditeurs, outre-Atlantique elle s'est principalement appuyée sur le vivier des auteurs autopubliés via Kindle Direct Publishing Select. Désormais certains observateurs du marché du livre se demandent si cette formule d'abonnement aux ebooks ne va pas nuire à l'ensemble des écrivains indépendants, en rognant sur leurs ventes. Réponse ? Evidemment...

 

 

 

Avec le lancement de Kindle Unlimited, mais aussi l'entrée en vigueur dès janvier de la nouvelle réglementation fiscale du commerce en ligne (voir notre actualitté), les auteurs autopubliés chez Amazon ont visiblement du souci à se faire. La semaine dernière, plusieurs indépendants se sont déjà plaints d'avoir constaté une forte baisse de leurs ventes de livres depuis le lancement du service de lecture contre abonnement.

 

Et ce, que leurs propres titres soient embarqués ou non à bord de l'offre controversée du détaillant en ligne.

 

D'ailleurs, voilà deux semaines déjà, une analyse similaire avait fusé. Les revenus des auteurs avaient fondu de manière assez symptomatique, constataient certains d'entre eux. Amazon avait présenté son rapport mensuel KDP Select, annonçant qu'une cagnotte de 2,5 millions $ était ajoutée pour compenser, sur le mois d'octobre, le ratio lecture/emprunt, pour les ebooks présents tout à la fois dans Kindle Unlimited et Kindle Owner's Lending Library.

 

Sauf que les auteurs se sont aperçus que leurs revenus avaient plongé à un niveau record de 1,33 $ pour les livres. Des gains qui baissent, soulignent-ils, et dont on espère qu'ils seront compensés par le nombre croissant d'abonnés à Kindle Unlimited, mais le problème reste posé. 

 

Si la tendance venait à se confirmer, elle serait donc inquiétante pour les auteurs autopubliés en général, mais les données empiriques manqueraient encore pour permettre de l'affirmer catégoriquement. Ajoutons à cela qu'au cours l'automne 2013, plusieurs écrivains indépendants avaient également fait état d'une baisse conséquente de leurs ventes sur la période.

 

Une tendance 2013 qui coïncidait alors avec le début des offres discount d'Amazon appliquées à des auteurs à fort potentiel commercial, comme Michael Connelly ou encore Patricia Cornwell... et qui incitaient d'autres enseignes à s'aligner pour conserver des tarifs concurrentiels sur le marché. Néanmoins dans ce cas aussi, les données manquaient pour établir un diagnostic incontestable quant au phénomène observé.

 

Reste à voir si les causes pointées du doigt vont se confirmer, où si une autre, cyclique, refera son apparition d'ici l'an prochain, même saison.