Kindle Unlimited devient Abonnement Kindle : Amazon se conforme à la loi

Cécile Mazin - 14.12.2015

Lecture numérique - Usages - Kindle Unlimited - Abonnement Kindle - prix unique ebook


Le 7 décembre dernier, Amazon a mis à jour son service Kindle Unlimited, que l’on est désormais prié d’appeler Abonnement Kindle. Histoire de se mettre en conformité avec la législation française sur le prix unique du livre numérique, la firme américaine opère plusieurs modifications. Et se lance dans un amusant exercice de transparence.

 

 

 

Amazon joue en effet la carte de la médiation. La Médiatrice du livre Laurence Engel avait en effet renvoyé les différents opérateurs proposant une offre d’abonnement illimité à leurs études. Considérant que ce modèle était contraire à la loi sur le prix unique du livre numérique, il devenait impératif de modifier les offres. Et pour ce faire, assurer que le principe de l’illimité soit réduit à néant. 

 

« Auparavant, les éditeurs accordaient un blanc-seing aux diffuseurs puisque ces derniers fixaient le prix de vente de l’abonnement. Ils n’étaient plus en mesure d’exercer la responsabilité que le cadre de régulation du livre leur confère. Maintenant que les éditeurs fixent leur prix, selon les différentes modalités, ils auront également à impliquer les auteurs », nous expliquait l’autorité de la Médiation, que pilote Laurence Engel. 

 

Ainsi, « à la suite des recommandations du Médiateur du livre concernant les services de lecture de livres numériques par abonnement, le programme d’Abonnement Kindle est désormais basé sur un système d’achat d’unités de consultation, mutualisées entre les abonnés résidant en France métropolitaine », indique Abonnement Kindle.

 

Voici comment tout va désormais fonctionner : les éditeurs fixent un prix public « par unité de consultation », en l’occurrence, la page. Les abonnés vont ainsi disposer d’un crédit de consultation, après s’être acquittés du prix mensuel de 9,99 €. Chaque page lue sera décomptée de cette cagnotte. 

 

Et pour quelques centimes d'euros de plus...

 

Et Amazon poursuit : « [S]i le montant cumulé des crédits de lecture effectivement consommés dans le mois excède la somme globale des abonnements acquittés par les abonnés établis en France au cours de la même période, le prix de l’abonnement pourra être révisé, dans les conditions prévues à l’article “Modification du Programme”. »

 

On pourra ainsi découvrir les tarifs fixés par chaque société d’édition entrée dans le processus, sur cette base

 

Les offres ont ainsi été classées pour partie selon un ratio nombre de pages du livre, et prix unitaire à la page pour certains, ou globalement prix unitaire à la page tout court, quelle que soit la taille de l’ouvrage. 

 

Pour les ouvrages autoédités, on va de 0,0001 € à 0,0003 €. Ensuite, une large variété de tarifs est présentée. Universalis a ainsi fixé à 0,1 € la consultation de chaque page, et Eyrolles a le tarif le plus élevé avec l’ouvrage Memento jQuery pour 1,17821 € par page. Le titre lui-même compte 14 pages, et se retrouve pour 4,99 € en format numérique. 

 

Notons que cela signifie qu'un abonnement à 9,99 € ne permet pas de lire ce texte en intégralité : 14 pages multipliées par 1,17 font 16 € et quelques. 

 

En revanche, les professionnels trouveront maintenant une nouvelle raison de pointer d’un index rageur les méthodes marketing d’Amazon. En effet, pour tout titre présent dans le catalogue Abonnement Kindle, on retrouve une indication sur la fiche produit proposant de lire le livre pour 0 €. 

 

 

 

Toute la question sera de savoir si les titres présents dans le catalogue Abonnement Kindle disposeront d’une mise en avant spécifique – comme une contrepartie pour avoir souscrit au service de lecture. Le tout sachant qu'à ce jour, l'offre compte 25.000 titres numériques du catalogue français. Fleur Pellerin, qui avait salué la qualité de la médiation et son succès, considérant que la loi de 2011 favorisera désormais « l’émergence d’offres nouvelles, en s’adaptant aux attentes des citoyens, tout en protégeant les fondements de la vitalité de la filière du livre en France ». 

 

Et probablement de nouvelles tentatives de contournement...