Kundera opposé à la numérisation de ses livres : l'offre pirate rigole

Clément Solym - 20.07.2012

Lecture numérique - Législation - Milan Kundera - oeuvres indisponibles - Antoine Gallimard


Milan Kundera, auteur de La Plaisanterie, fait le dos rond à la numérisation du livre qui met en branle la vieille tradition humaniste de l'imprimerie. Non au musée du papier.  « Il me semble que le temps qui, impitoyablement, poursuit sa marche, commence à mettre les livres en danger. » Voilà les inquiétudes exprimées par l'auteur le 11 juin dernier, lors de la remise des prix de la Bnf.

 

 

 

 

Les auteurs ont-t-ils le vent en poupe ? Il semblerait que oui, après la contre-attaque du collectif du Droit du Serf, contre la loi des oeuvres indisponibles (voir notre actualitté), et avec l'appui d'Antoine Gallimard qui affirmait à la remise des prix de la Bnf, la nécessité de demander la permission aux auteurs, pour numériser leurs oeuvres, comme le rapportait  ActuaLitté :

 

« Il existe un couple auteur éditeur, dans lequel l'auteur dit à l'éditeur : 'Moi, je ne veux pas être numérisé', et moi, j'ai des auteurs qui me le disent, je ne les numérise pas. Par exemple, Milan Kundera ne veut pas que ses oeuvres soient numérisées, donc je ne le numérise pas. Et chaque fois qu'il y a une demande de numérisation, je dis non. Pennac, c'est le cas. Donc, dans ces conditions, c'est à l'auteur de dire à son éditeur qu'il ne souhaite pas être numérisé. » (via l'Express)

 

Une formule de politesse que Philippe Colombet de Google France jugeait peu opportune, mais le discours de Milan Kundera, déclamé en petit comité a fait mouche, retransmis sur France Culture par son ami Alain Finkielkraut, dont les droites lignes ressemblent trait pour trait, à celui de Frédéric Beigbeder, effarouché, c'est peu dire, puisqu'il promettait sans pincettes, sa « main dans la gueule » de celui qui publierait un fichier numérique de son dernier ouvrage, Premier bilan avant l'apocalypse.

 

Preuve en est que pour les auteurs, le défi des éditeurs est de faire entrer dans l'image collective qu'un livre numérique n'est pas un simple fichier, bien plutôt : un papier inexistant. Daniel Penac s'est aussi rejoint à la voix de Kundera, qui mettait les points sur les "i", expliquant sa manière de procéder avant la signature d'un contrat :

 

« Depuis plusieurs années déjà, j'ajoute à tous mes contrats, partout, une clause stipulant que mes romans ne peuvent être publiés que sous la forme traditionnelle du livre. Pour qu'on les lise uniquement sur papier, non sur un écran ». 


Piraté, et facilement accessible

 

Ajoutons également que les éditions Gallimard ont probablement fait un peu le ménage sur le net, pour s'assurer que la volonté de Kundera soit respectée. En effectuant des recherches assez rudimentaires, on trouve en effet plusieurs sites proposant de télécharger, illégalement, bien entendu, des ouvrages de Kundera, dont les liens de téléchargement ont été supprimés. 

 

 

 

 

Mais… à refuser la vente de ses oeuvres en version numérique, on risque d'attirer l'attention des pirates de tous bords, et c'est finalement sans trop de complexité que la rédaction est parvenue à télécharger L'art du roman, au format EPUB. Et dans un fichier de très bonne facture. Évidemment, nous n'avons pas axé sur une recherche précise d'oeuvre, mais le piratage est effectif et assez indiscutable. Il est d'ailleurs assez probable que toute sa bibliographie ne soit pas disponible sur la toile, ou qu'il faille se pencher un peu plus longuement sur la question pour trouver ce que l'on souhaite.

 

Mais c'est bien là le problème : comme il n'existe pas d'offre légale pour les livres de Kundera, l'auteur sera rapidement la proie du piratage, et en arrivera à accuser les internautes de ne pas respecter le droit d'auteur, arguant qu'en vertu dudit droit d'auteur, il a la possibilité de définir sous quelles conditions et dans quel format ses livres peuvent être vendus. 

 

Le serpent se mord la queue, et n'a pas fini...





Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.