Kindle Unlimited : 0,006 $ gagné par page lue, le rêve

Nicolas Gary - 04.07.2015

Lecture numérique - Acteurs numériques - Kindle Unlimited - Amazon France - abonnement illimité


Depuis quelques jours, les opérateurs de la lecture en streaming officiant en France, ont reçu l’approbation de la Médiatrice du Livre. Leur service, légèrement revu, pour passer sous les fourches de la législation sur le prix du livre numérique, est désormais autorisé en France. 

 

 

capital

c_ambler, CC BY 2.0

 

 

Même si l’on attend toujours des nouvelles d’Amazon et de son Kindle Unlimited sur le territoire, de profonds changements sont d’ores et déjà intervenus, pour les auteurs. En décidant de modifier le mode de règlement des auteurs indépendants, Amazon a en effet frappé fort. On passe désormais d’une rémunération calculée sur l’ouvrage consulté ou emprunté, à un calcul reposant sur le nombre de pages lues. La quête de la rentabilité a désormais gagné les auteurs indépendants...

 

Comme le soulignait l’Authors Guild, il y a un réel danger à ce que les conditions de paiement soient ainsi modifiées : d’un côté, les auteurs proposant des ouvrages courts seront lésés, du simple fait que leur titre compte moins de pages. De l’autre, le risque de voir les comportements d’écriture modifiés pour répondre à des impératifs économiques existe. Mais ces deux choses tiennent à quelque chose d’éthique. 

 

0,006 $ de la page : même Balzac gagnait plus

 

Le Guardian s’est plongé dans les chiffres et exhume deux choses : en juin dernier Amazon a revendiqué 1,9 milliard de pages lues. Et la cagnotte débloquée pour payer les auteurs indépendants est de 11 millions $. Soit un montant de 0,006 $ par page. 

 

Concrètement, un livre lu entièrement, de 200 pages, rapportera donc 1,2 $. Une situation désagréable : jusqu’à lors, les livres étaient payés en moyenne 1,30 $, sans cette distinction du nombre de pages qu’ils contiennent. Mais la condition sine qua non est bien de considérer que le livre lu en intégralité rapportera 0,006 $ par page. 

 

Selon les informations que ActuaLitté avait obtenues, avant que n’intervienne la médiation autour de l’offre d’abonnement illimité en France, il ressortait qu’un éditeur percevait 70 centimes pour un ouvrage de 300 pages. Soit, 0,002 € de la page – ce qui reste encore inférieur au montant versé, en dépit du taux de change, par Amazon.

 

La solution fournie par les opérateurs de l’illimité pour parvenir à proposer des offres multiéditeurs reposait cependant sur le même fonctionnement que celui d’Amazon. Hélène Mérillon, PDG de Youboox, l’expliquait récemment : « Nous avons proposé aux éditeurs de définir un prix de location. Cela permet d’établir un prix par page. À nous ensuite de nous assurer que les abonnements couvrent la totalité du nombre de pages lues par la communauté des abonnés. » (via France Culture)

 

La médiatrice du livre, Laurence Engel, l’a souligné à plusieurs reprises : les offres actuelles sont des expérimentations, qui introduiront d’autres solutions avec le temps. Et si, pour l’heure, la rémunération semble moribonde, elle évoluera certainement

 

Opérons alors un second calcul. La méthode proposée aux éditeurs est de passer par la vente du livre numérique, de sorte que l’ouvrage se retrouve dans l’offre illimitée. Les chiffres employés sont fictifs, mais donnent une idée claire.

 

Abonnement illimité prix page

 

Bien : le modèle d’Amazon semble donc prendre un peu de plomb dans l’aile. Le montant de 0,023 € à la page est celui auquel l’auteur et l’éditeur seront donc rémunérés, et, selon les contrats passés, le partage de la valeur s’effectuera comme il se doit.

 

Cependant, deux choses restent notables. D’abord, Amazon paye rubis sur l’ongle tous les mois, les auteurs passant par sa plateforme d’autopublication, Kindle Direct Publishing. Et cela n’existe pour l’instant nulle part dans l’édition française. 

 

Ensuite, si le montant des sommes reversées aux auteurs indés a été modifié, il faut comprendre que c’est un changement de paradigme qui s’est opéré. Après avoir entamé une fabuleuse danse du ventre et des sept voiles, pour conquérir et attirer les auteurs KDP, Amazon coupe tout bonnement les vivres. Et la question reste de savoir ce que cela peut bien signifier...