L'absence de données : grosse lacune de l'autoédition d'Amazon

Clément Solym - 12.01.2012

Lecture numérique - Applications - Amazon - Kindle - Autoédition


L'auto-édition mise en place par Amazon et son Kindle, forte d'un succès monstre, attire à elle les auteurs persuadés de leur destinée royale. Les cas John Locke ou Amanda Hocking, millionnaires en ebooks, en attestent, mais certains points restent à améliorer…

 

En plus de permettre l'émergence de nouveaux auteurs et le renouvellement du monde littéraire, l'auto-édition est une énorme opportunité pour des secteurs très différents de la littérature proprement dite. Le milieu du business, de l'humanitaire, ou mêmes les thinks tanks peuvent utiliser ce système pour publier rapports, documents ou manifestes.

 

Malgré ses nombreuses utilisations et son potentiel, Amazon a les moyens de faire davantage d'efforts afin d'optimiser ce système. Notamment en ce qui concerne les données auxquelles ont accès les utilisateurs, souligne Forbes.

 

Un peu plus d'amour que d'ordinaire...

 

À l'heure actuelle, la gestion et la compréhension des ventes est impossible sur Amazon. Et pour cause, hormis les indispensables données sur le nombre de vente et les revenus pour les auteurs qui en découlent, les autoéditeurs ne bénéficient d'aucune information.

 

Et comment commercialiser correctement son livre quand on ne sait pas quel type de personne achète le livre ou par quel biais en arrive-t-elle à le télécharger ? Cette absence de données, base de toute logique commerciale, est un frein à l'auto-édition.

 

Néanmoins, des outils permettent d'imaginer par extrapolation ces informations. Les réseaux sociaux ou les commentaires des œuvres sont des aides aux auteurs de ce point de vue. Mais là non plus, toujours pas de statistiques véritables.

 

Tout comme Amazon ne prend pas la peine de fournir un emballage attrayant pour les ebooks, Suw Charman Anderson, du magazine américain Forbes, est persuadée que la firme est en possession de ces données, mais qu'elle ne prend juste pas la peine de les diffuser.

 

Et pourtant, d'après elle, mettre ces données à disposition des auteurs bénéficierait à tous les partis. La révision de la stratégie commerciale de ventes des livres par leurs auteurs provoquerait irrémédiablement une hausse des ventes, et donc des profits, d'Amazon.

 

Bref, ça ne semble être qu'une question de temps. Mais d'ici là, les autoéditeurs restent des auteurs et ne risquent pas de devenir des commerciaux.