L'accès aux contenus culturels devrait être libre pour 49 % des Anglais

Louis Mallié - 20.06.2014

Lecture numérique - Acteurs numériques


Une nouvelle étude de YouGov SixthSense portée sur le téléchargement illégal et les habitudes de consommation des anglais vient d'être publiée. Intitulée The Future of Digital Consumption 2014, elle a été menée auprès de 1907 adultes de plus de 16 ans, et 614 enfants âgés entre 8 et 15 ans. 

L'étude a permis de souligner une donnée importante : pour 49 % des deux classes d'âge, chacun devrait avoir un accès libre et gratuit à l'ensemble des contenus culturels. L'étude dévoile également que pour la majorité des internautes, la première raison du téléchargement est avant tout financière. Même pour les adultes chez qui les revenus offrent plus de possibilités, 51 % avouent employer le téléchargement illégal dans le but de faire des économies.

 

Par ailleurs, si pour 44 % les 16-24 ans c'est cette même motivation financière qui est invoquée, un quart d'entre eux considère que le partage de ficher est l'unique moyen d'accéder aux films, musiques ... En somme, c'est la question de l'accessibilité qui arrive en seconde place dans la hiérarchie des raisons amenant les internautes à pirater. 

 

De plus, si distributeurs et producteurs considèrent le partage des contenus comme du vol seulement 16 % des jeunes considèrent qu'il est n'est pas normal de télécharger sans l'accord de l'auteur, et seuls 7 % associent le partage de fichier a une forme de vol…

 

Quant aux amendes et sanctions diverses pour téléchargement illégal, beaucoup considèrent qu'elles sont bien mal employées : plutôt que de punir les internautes se rendant coupables de télécharger illégalement, 60 % des 16-24 considèrent ainsi que ce sont les sociétés et sites fournissant les contenus qui devraient être sanctionnés…

 

"Pourquoi changer les habitudes d'une vie ?"

 

En dépit du côté pratique qu'induisent l'accès et la gratuité du téléchargement illégal, YouGov rappelle que d'autres alternatives sont possibles. Il cite par exemple le modèle de Spotify, de plus en plus utilisé, qui prouve que les internautes sont prêts à payer pour des contenus exclusifs. Du côté des enfants, le pourcentage est faible certes, mais, 13 % se disent d'accord pour accorder de l'argent à une jeune artiste cherchant à décoller. 

 

« Les enfants de cette génération ont grandi avec les nouvelles technologies et ont donc l'habitude d'avoir accès à tout ce qu'ils désirent » explique le Directeur des Recherches de YouGov James McCoy. « Pourquoi changer les habitudes d'une vie ? », fait-il remarquer. C'est pourquoi celui-ci remarque que le défi pour les industries est maintenant de trouver un moyen d'éduquer une telle génération « d'une manière cohérente et surtout pas condescendante. » 

 

Et le phénomène est bien loin de ne s'appliquer qu'au Royaume-Uni. En effet, une récente étude publiée par Hadopi montrait entre autres que parmi les adeptes du partage de fichier, les jeunes âgés de 15 à 24 ans constituaient une large majorité - et ce, pour les mêmes raisons...