L'accès aux livres incompatible avec l'instauration d'un embargo

Victor De Sepausy - 16.10.2019

Lecture numérique - Acteurs numériques - Prêt numérique - ebook embargo bibliothèque - mission accès information


Voilà un mois désormais que les bibliothécaires ont décidé de monter au créneau pour défendre leur métier. En cause, l’embargo imposé par l’éditeur Macmillan sur la disponibilité des livres numériques. À compter du 1er novembre, les nouvelles consignes seront appliquées, avec des limitations drastiques.


 

Un seul exemplaire disponible pour les nouveautés, avec une limitation de huit semaines, après sa parution. Et tout ouvrage supplémentaire facturé quatre fois son prix public, avec deux années de mise à disposition… La pilule a du mal à passer chez les bibliothécaires.
 
Pour l’American Library Association, cette décision du PDG de Macmillan, John Sargent, pose de sérieux problèmes. Et depuis un mois, des actions de sensibilisation tant côté public que professionnels, tentent de renverser la vapeur.

« Il est évident que les lecteurs de tout le pays sont préoccupés par la réduction de l’accès des bibliothèques aux livres numériques », indique Wanda Brown, actuelle présidente de l’ALA. « Ensemble, nous continuerons d’exprimer notre opposition et de chercher une solution sans qu’interviennent des restrictions arbitraires sur les achats. »

Dans l’affaire, et bien que tout problème soit actuellement rattaché à cette cause unique, on accuserait volontiers Amazon. Le cybermarchand aurait en effet pu communiquer des éléments et données qui auraient fait pencher la balance de Macmillan en faveur de cet embargo — qui à cette heure, ne repose sur aucune étude d’impact véritable.

Dans la pétition mise en ligne voilà 30 jours, ce sont plus de 100.000 signatures que l’ALA a recueillies. Et elle ne se prive pas de communiquer alors que la Foire du livre de Francfort débute : l’occasion est trop belle pour ne pas attirer l’attention publique internationale sur les politiques commerciales de Macmillan. 

Cet embargo aurait en effet pour mission d’endiguer une supposée — hypothétique… ? – cannibalisation des ventes de livres numériques, du fait de l’accès à une offre de prêt numérique, affirmait Sargent. 

Sauf que le modèle économique adopté a déjà pour conséquence de multiplier par 3, 4 ou 5, le prix d’achat pour les établissements, tout en introduisant des limitations sévères. Le risque serait qu’avec le temps, d’autres groupes éditoriaux s’inspirent de la décision de Macmillan, pour imposer d’autres conditions, toujours plus restrictives…


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.