medias

L'accès illicite au livre numérique en progression en France

Antoine Oury - 19.10.2018

Lecture numérique - Usages - livre numerique hadopi - livre numerique piratage - livres numeriques


Double dose de baromètres de la part d'Hadopi : le premier porte sur l'offre légale disponible et le second sur les usages des internautes en matière d'accès aux œuvres sur internet. Si l'offre légale séduit de plus en plus de consommateurs désireux de respecter la loi et le droit d'auteur, les prix des biens dématérialisés, dont le livre numérique, constituent toujours un obstacle, qui semble expliquer le recours à une offre illicite en hausse.


Kobo Aura One

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


 

Assurés par l'Ifop, les questionnaires derrière les baromètres Hadopi permettent d'en savoir un peu plus sur la consommation de biens dématérialisés sur Internet et, notamment, de livres numériques. Une constante, depuis des années : les livres sont les biens numériques les moins consommés sur internet, et arrivent en dernière position, après musique, vidéo, série TV, photos, logiciels et jeux vidéo.

 

17 % des internautes de 15 ans et plus ont eu accès à un livre numérique ces 12 derniers mois, avec un profil d'utilisateurs plus fréquent qui se dégage : les 15-24 ans (26 %), les femmes (19 %), CSP+ (20 %).

 

On accède aux livres sur Internet à la fois par un accès direct sur un site (11 %) et par une recherche dans un moteur (10 %). Et les livres tirent bel et bien leur épingle du jeu en matière d'accès licite : 72 % des accès aux livres numériques sont licites, contre 6 % d'illicite. Le téléchargement reste privilégié, à 79 %, avec 18 % d'accès gratuit, 22 % d'accès payant et 48 % d'accès mixte. Attention toutefois, il apparait que les internautes ayant un usage licite ont malgré tout eu recours à des sites considérés comme illicites par Hadopi.

 

De manière générale, toutefois, le livre échappe encore à la consommation illicite, même si cette dernière progresse doucement dans les baromètres Hadopi : de 26 % d'accès illicites en 2016, on passe à 28 % en 2018, sur les 12 derniers mois. Toutefois, on compte encore 72 % de consommation exclusivement licite pour le livre.

 

Un prix trop élevé ?
 

Pour 65 % des personnes interrogées, le premier frein à la consommation licite de livres numériques reste le prix à l'unité trop élevé — 25 % considèrent que le prix des abonnements d'accès au livre numérique est trop élevé. Difficile d'obtenir plus de précisions : l'offre de livres numériques dont les prix sont inférieurs à 5 € a explosé ces dernières années avec l'émergence de l'autopublication et de diverses plateformes, quand l'édition traditionnelle, elle n'a pas vraiment revu ses tarifs à la baisse. 

 

Parmi les autres raisons évoquées pour ne pas acheter de manière licite, on trouve ensuite une offre insuffisante et des difficultés à trouver l'œuvre recherchée. En 2018, le panier mensuel moyen des internautes est de 11 €, soit un niveau légèrement inférieur à celui de 2017.

 

Si le fils pirate un audiolivre, c'est
le père qui va en prison

 

Motif de réjouissances, les internautes se déclarent, à l'inverse, prêts à consommer de manière licite et payante, pour être en conformité avec la loi, puis par respect pour les auteurs et les créateurs. Si la loi a toujours un effet dissuasif, le souci de la vitalité de la création semble bien présent.

 

Le baromètre de l'offre légale est accessible à cette adresse, celui sur les pratiques des internautes par ici

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.