L'accord Stephen King et Scribd : de l'innovation à l'expérience

Clément Solym - 08.07.2009

Lecture numérique - Acteurs numériques - accord - King - Scribd


Le seul schéma aujourd'hui connu qui semble tourner est celui imposé par Amazon : une boutique, un contenu et un appareil. Aussi regarde-t-on le partenariat signé entre l'éditeur de Stephen King, Simon & Schuster, et le site Scribd n'a pas fini de susciter l'interrogation.

Parce que tout le monde a l'impression qu'il manque quelque chose. Mais quoi ?

Avec 5000 titres numériques proposés sur le site de celui auparavant décrié comme un odieux pirate, Scribd ne propose cependant pas de périphérique pour la lecture. Essayez de lire sur un iPhone, c'est le suicide oculaire assuré.

Inutile de revenir sur les chiffres des livres numériques : si le marché ne pèse pas encore des milliards, il n'en reste pas moins que les éditeurs doivent chercher et creuser toutes les pistes possibles pour commencer à attaquer ce secteur.


Alors quoi ? L'avantage de Scribd reste la liberté donnée à l'éditeur de fixer son tarif : les livres achetés par Amazon sont négociés avec des marges de réduction qui provoquent parfois de véritables scandales. Scribd ne conserve lui que 20 % du prix de vente. Donc un système qui pourrait sembler plus légitime : après tout, le prestataire de service ne se pose pas en libraire.

Multiplier les canaux de distribution, le nerf de la guerre, dans tous les cas.