L'autopublication pirate, problème récurrent sur Wattpad

Antoine Oury - 15.11.2014

Lecture numérique - Acteurs numériques - Wattpad plateforme - piratage infraction copyright - Jasinda Wilder


Le phénomène existe, et inquiète considérablement les ayants droit : les plateformes d'autopublication se transforment parfois en relais pour diffuser des œuvres piratées. Scribd détenait la palme pour cette pratique : des utilisateurs chargaient des œuvres sous droits sur la plateforme, qu'il était alors possible de lire gratuitement, voire de télécharger.

 


L'application Wattpad, sur iPhone

 

 

Un utilisateur de la plateforme a récemment prévenu une auteure, dont le livre était listé dans les best-sellers du New York Times, que son œuvre était présente sur la plateforme d'autopublication. Qu'il en soit remercié, car les deux services de lutte contre le piratage que Jasinda Wilder avait recruté n'ont pas été capables de repérer cette fuite de son roman autopublié Alpha.

 

« Les auteurs autopubliés savent que le plagiat est de mise. Certains laissent filer, et d'autres achètent les services de société pour tenter de l'enrayer », explique Wilder. Seulement, les services de recherche automatique ont été facilement floués par le pirate à l'origine du téléchargement sur Wattpad : Amyleigh153, l'utilisateur, a simplement modifié le titre original, pour My Dominant Alpha, tout en fournissant une nouvelle couverture au texte.

 

L'auteure a contacté la plateforme pour signaler le piratage, et le retrait était effectif 18 heures plus tard. Wilder s'estime privée de 168.000 $ de royalties, en raison de 41.000 téléchargements : même s'il est difficile de chiffrer le préjudice financier, le préjudice moral, lui, est indéniable. A priori, certains utilisateurs de la plateforme auraient recours au plagiat pour se créer une base de fans, qui pourrait ensuite profiter à leur propre contenu.

 

Si ce type de piratage est peu connu, puisqu'il touche les auteurs autopubliés, il n'en est pas moins délétère. Wattpad assure faire tout ce qu'il est possible pour limiter ce genre de pratiques, mais refuse de dévoiler la véritable identité de ses membres sous pseudonyme sans décision d'une Cour de Justice. Un développement des métadonnées, plus précises et véritablement liées au contenu d'un livre numérique, pourrait permettre de réduire ces plagiats.

 

Le site Scribd a longtemps fait figure de QG pour ce nouveau genre de piratage, directement sur les plateformes de lecture en ligne. Des œuvres d'éditeurs français s'étaient retrouvées disponibles gratuitement pour la lecture, et le Groupement pour le Développement de la Lecture Numérique (GLN) a récemment fourni de nouvelles recommandations pour signifier ses responsabilités à l'hébergeur de fichiers.

 

(via Publishers Weekly)