L'Égypte revendique la plus grande bibliothèque numérique au monde, EKB

Clément Solym - 15.01.2016

Lecture numérique - Acteurs numériques - bibliothèque numérique - Egypte documents - connaissances sciences


Pour dynamiser l’accès à des documents de recherche de qualité et du matériel pédagogique, le gouvernement égyptien vient de créer la Banque de Connaissance d’Égypte, la semaine passée. Il s’agit d’une bibliothèque numérique réunissant les plus importantes maisons d’édition internationales, telles que National Geographic, Cambridge, Oxford, Reuters, et Britannica. Après une première journée, plus de 1,8 million de visiteurs ont été enregistrés.

 

 

 

Le président Abdel Fatah El Sisi a lancé en personne le projet, conçu comme un centre de connaissances et d’information en ligne. Il contient également un accès gratuit à des livres, des revues, de l’audio autant que de la vidéo, ainsi qu’une banque d’images et de logiciels. La plateforme est disponible en anglais et en arabe, et pourtant, elle n’est encore qu’en version bêta. Le lancement sera officialisé le 23 janvier prochain. Toute personne avec une IP égyptienne pourra alors y accéder librement.

 

À ce jour, 49,6 % des Égyptiens sont connectés au net, ainsi que le gouvernement l’avait prévu, alors que 25 % des 90 millions de citoyens sont encore incapables de lire et écrire. Selon le secrétaire de la présidence, Tarek Shawki, l’Egyptian Knowledge Bank est le premier projet du genre, et surtout « la plus grande bibliothèque au monde ». L’initiative remonte par ailleurs à 2014.

 

 

 

« L’EKB contient des cours scientifiques dans tous les domaines de l’information, des livres et des magazines numériques, un programme éducatif pour les écoles et les universités, les bases de données, les navigateurs web, des bibliothèques numériques entières de vidéos et d’images, ainsi que des programmes informatiques, y compris dans le monde du sport », explique un porte-parole à Reuters. 

 

Le projet est conçu pour que tout citoyen égyptien puisse prendre part à un ensemble plus vaste. Le pays souhaite pouvoir développer la recherche scientifique, promouvoir de nouvelles méthodes d’enseignement pour les professeurs, mais également apporter de nouvelles ressources d’apprentissage pour les étudiants. « L’EKB est l’instrument de l’Égypte vers la voie du progrès et une concurrence mondiale dans l’ère de la science et de l’information. »

 

Le groupe Emerald Publishing a signé un accord de quatre années pour apporter ses données à l’EKB, et n’a pas manqué de le faire savoir.