Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

L'Electronic Frontier Foundation pose son véto aux DRM dans l'HTML5

Antoine Oury - 30.05.2013

Lecture numérique - Législation - DRM - HTML5 - W3C


L'Electronic Frontier Foundation, ONG à but non lucratif qui lutte pour la liberté d'expression sur le Web, publie un communiqué pour rappeler le danger que l'ajout de DRM à l'HTML5 ferait peser sur Internet. Les mesures techniques de protection limiteraient ainsi la créativité, l'innovation et la liberté des internautes sur le réseau, pour une protection des copyrights même pas garantie.

 

 

Eliminate DRM suit

Justin Baugh, CC BY-SA 2.0

 

 

Dans son communiqué, l'EFF rappelle les faits : le World Wide Web Consortium (W3C), lobby technologique visant à harmoniser les technologies du Web, s'est fait remarquer avec un groupe de travail sur l'HTML5, technologie prometteuse en matière de navigation (à tester, ce reportage du New York Times à base d'HTML5), qui a fait une large et royale place aux DRM.

 

Par le biais des EME (Encrypted Media Extensions), les ayants droit pourront ajouter à l'envi des verrous à tous les contenus en ligne, quand bien même de nombreuses études montrent la faible efficacité de ces mesures techniques de protection. La technologie a été développée par Microsoft, ce qui ajoute encore aux réticences de l'EFF. D'autres sociétés du Web, comme Google, sont largement impliquées dans le développement de ces DRM bien spécifiques.

 

« La proposition relative aux EME doit être considérée comme ce qu'elle est : une création qui va couper court aux développements de l'open source et de la compétition, jeter l'interopérabilité dans les limbes et verrouiller des modèles économiques séculaires. Il s'agit de l'exact opposé du concept de fair use qui a donné naissance au Web » souligne l'Electronic Frontier Foundation.

 

Une pétition mise sur pied par l'EFF contre les DRM dans l'HTML5 avait recueilli plus de 27.000 signatures. Pas mal, mais visiblement insuffisant face aux multinationales et au copyright.