Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

L'espace de stockage de fichiers et d'ebooks Partagora coupe ses accès

Clément Solym - 09.06.2017

Lecture numérique - Législation - collections ebooks piratage - Partagora partage collections - fichiers ebooks gratuits


«Partagora ferme. Une bonne nouvelle pour les auteurs », nous indique un écrivain. Le site Partagora vient en effet d’annoncer qu’il coupait ses accès ses portes. Plateforme de stockage fréquentée par un visiteur français sur deux, elle va cesser son activité ce 30 juin. Partagora avait manifestement su conquérir un vrai trafic, disposant de plus d’un million de visiteurs mensuels, depuis plusieurs mois. 


 

 

« On vous informe que le site Partagora sera fermé dans le cadre de l’arrêt de l’opération 30.06.2017 vos fichiers ne seront plus disponibles sur le site. » Le principe de fonctionnement était relativement simple : créer des collections, comme l’on crée un compte Pinterest. Ensuite, il suffisait de mettre en partage tout ce qui se trouvait sur son ordinateur. 

 

Sur cette fermeture, pas d’explications très précises : « Si vous souhaitez conserver les données et fichiers veuillez les stocker dans un autre place. Nous vous remercions pour les nombreuses heures avec nous, toute l’aide et des suggestions de votre part. Nous espérons que cette expérience était valable et enrichissante, ił se peut que nous regressons [sic !] avec les autres et encore meilleurs sites et services. » 

 

Si la page Facebook est toujours active, il semble que le compte Twitter ait été fermé. Basé aux Pays-Bas, le serveur du site proposait un fameux stock d’œuvres illégalement mises à disposition des internautes. Manga, anime, on y retrouvait une large offre de contrefaçons, y compris en matière de livres.

 

« Grâce à votre site, j’ai pu assouvir ma passion de lire. Il est facile, on y trouve un choix infini de titres et agréable à la lecture. Bref, c’est toujours vers votre site que je vais pour être sûre de trouver ce que j’aime », explique une internaute. 

 

Contrefaçon de livres : la lutte anti-piratage porte ses fruits ou s'intensifie ?


On retrouve encore plusieurs milliers de fichiers EPUB disponibles – l’un des comptes de partage en met 58.448 à la disposition de qui veut. Anna Todd, Emma Green, Neil Gaiman, Marc Levy ou Antoine Volodine, Annie Ernaux et bien d’autres sont toujours à télécharger sans peine. 

 

Si les sites mettent la clef sous la porte – on se souvient que Toutbox.fr, anciennement Partageurs, s’était arrêté en avril 2016 – d’autres fleurissent encore. Les internautes remarquent d’ailleurs cette évolution : depuis quelques mois, les recherches directes depuis Google qui faisaient auparavant sortir des sites avec une offre pirate se sont raréfiées. Et dans le même temps, les fermetures se succèdent, comme Cyberstock qui a plié boutique l’an passé. « [D]'abord la team alexandriz, puis toutbox/partageurs... je sais bien qu’on est censés acheter les bouquins, mais quand on n’a pas bcp de moyens et qu’on aime lire autre chose que les vieux trucs du domaine public, ça craint.... surtout quand on lit énormément... », peut-on lire sur un forum.

 

Récemment, un responsable numérique de maison parisienne nous assurait : « Depuis que Toutbox a mis la clé sous la porte, je me suis totalement désintéressé du piratage. Le ratio énergie dépensée en regard des résultats obtenus est trop nul – et en plus les divisions par zéro c’est interdit. » 

 

Et d’ajouter : « Mais surtout, je n’ai pas l’impression que quoique je fasse en la matière change quoi que ce soit à mes ventes. » 

 

Partagora officiait depuis plus de trois ans sur la toile. Nous avons tenté de joindre ses administrateurs pour avoir plus d’informations et mettrons cet article à jour s’ils réagissent.