L'expansion de l'édition dans le secteur du livre numérique

Clément Solym - 06.04.2011

Lecture numérique - Acteurs numériques - livre - numerique - edition


Nicholas Callaway est devenu un symbole de la mutation du livre sur support numérique. L'actuel « prince des tablettes » avait fondé une maison d'édition de beaux livres, il y a trente ans. Surnommé « le roi de l'app », il ne publie plus aujourd'hui que sous format électronique.

Callaway se compare à Alice au Pays des Merveilles face aux « apps »des appareils numériques. Tendant à devenir une nouvelle partie de nous-mêmes, « ce nouveau médium » est présenté comme indispensable pour lire, mais aussi pour s'informer, cuisiner, travailler, échanger, se vêtir, s'éclairer, chanter, jouer, voyager, photographier, et même faire du sport ! (via Reuters)


Les chiffres donnent raison à Callaway : aux États-Unis, 23 % des ventes de livres s'effectueraient en format numérique, comme le précisait le PDG de Hac hette Livre, Arnaud Nourry : 
Pour l'année 2010, l'ebook représentait 10 % en valeur et 10 % en quantité, sur le territoire américain. Une « croissance très forte et très très rapide », alors que voilà deux ans encore, « cela ne représentait rien ». Cependant, la presse, citée par Arnaud Nourry, évoquerait « 23 quelque chose pour cent » sur les deux premiers mois de l'année, ce qui est manifestement conforme aux résultats réalisés par Hachette US.(notre actualitté)
Pourquoi un tel succès ? Les lecteurs ebook vanteront le gain de place, la possibilité d'annoter les fichiers, le réglage de la luminosité, les jeux éducatifs pour les enfants, l'agrandissement de la taille des caractères pour les malvoyants, le marque-page qui ne tombe pas...

Tous les lecteurs ne sont pas si enthousiastes : un livre électronique ne se prête pas sans peine, du fait des DRM. Et la sensorialité du papier est une expérience dont certains ne peuvent se passer. Surtout, les droits de la propriété intellectuelle sont menacés, et pas seulement par les pirates : l'éditeur américain RDR BooK a été condamné pour la publication d'une encyclopédie sur Harry Potter sans l'autorisation des ayants droit. (en savoir plus)

Et en France ? Pour attirer de nouveaux lecteurs, les éditeurs sur papier négocient des espaces de vente sur les interfaces de lecture technologiques, en échange de commissions. Google One Pass pourrait alors être l'une de ces solutions, plutôt attractive.

Une loi impulsée par le Syndicat de l'édition pour fixer un prix unique sur le livre numérique et garantir une juste rémunération des auteurs est adoptée par le Sénat depuis le 29 mars. Elle a également été rediscutée aujourd'hui à l'Assemblée nationale, nous allons y revenir.