L'industrie australienne et les ressources numériques : se battre ou se débattre ?

Clément Solym - 08.02.2016

Lecture numérique - Acteurs numériques - industrie livre Australie - technologies numériques - publication marketing


L’irruption du numérique dans l’industrie australienne du livre provoque des remous, et des levées de boucliers. Comme un organisme attaqué par de vilaines bactéries, l’industrie de l’édition tente de se protéger, indique une étude réalisée par la Macquarie University. C’est que les perturbations digitales auraient induit une forte baisse des ventes de livres dans les librairies. Or, qui riposte ? Les éditeurs...

 

Sydney Harbour Bridge (Australia 2010)

Paul Harps, CC BY 2.0

 

 

Depuis quelques jours, le cybermarchand Amazon étend ses ramifications sur le territoire australien. À travers sa filiale The Book Despository, pourtant ouverte en 2004, le vendeur décide d’accélérer la prise de parts de marchés, pour de bon. « Nous avons grandi à l’ombre d’Amazon et de The Book Depository, et notre croissance s’établit autour des 30 % par an. Ils ne représentent pas une menace pour nous », rétorquait Tony Nash, qui dirige Booktopia, le concurrent maison. 

 

Le Dr Jan Zwar, spécialisé en Business et Économie, pointe pourtant dans son étude que les éditeurs australiens, en tant qu’entreprises de taille moyenne, « ont été contraints de travailler plus pour affronter la concurrence mondiale et affronter les changements majeurs qui ont eu lieu dans l’industrie ». Mais pourquoi en Australie plus qu’ailleurs ? C’est évidemment une question d’argent.

 

La législation australienne accorde une période de trente jours à un éditeur, pour qu’il lui soit possible de commercialiser un livre, issu du monde anglophone. Passé ce délai, les lecteurs ont le droit de commander sur Internet, et se le faire livrer depuis n’importe quel endroit du globe. Et il en va de même pour les libraires. Ces derniers n’apprécient pas la législation, qui leur fait perdre des ventes, au mieux, et sert les intérêts de la concurrence web, au pire. 

 

Pourtant, ce sont les éditeurs qui disposent des meilleures armes : en l’absence de prix unique du livre pour fixer le marché, les maisons ont mis en place une offre de vente directe, pour répondre aux coups portés par Google, Amazon ou Apple. Les éditeurs entrent ainsi en relations directes avec les lecteurs. « Dans certains cas, comme l'éditeur Arlequin [à ne pas confondre avec Harlequin, NdR], la vente de livres numériques est une extension du service de commandes par correspondance aux lecteurs », précise le scientifique.

 

Et de citer l’exemple de Momentum, filiale de Pan Macmillan, qui expérimente l’édition numérique uniquement, travaillant alors selon des approches tarifaires et des canaux propres. Son fonctionnement est alors essentiellement axé sur les réseaux sociaux pour la promotion, tout en facilitant la publication en libre accès. 

 

Le secteur des ouvrages scolaires fait d’ailleurs l’objet d’une grande réflexion : les modifications constatées sont certainement les plus radicales, parce qu’elles reflètent les changements liés au secteur éducatif même. « En plus de la technologie, l’édition scolaire est touchée par les politiques gouvernementales, afin d’améliorer l’éducation et l’emploi, autant que par les contraintes financières », conclut Jan Zwar. 

 

Son étude a porté sur l’analyse de 25 maisons australiennes, dans des secteurs aussi variés que le commerce, l’éducation, l’université et la littérature. (via Macquarie)

 

Entretenir de bonnes relations malgré tout

 

L’un des enjeux majeurs, pour les auteurs, reste la contractualisation avec les structures. En début d’année, l’Australian Society of Authors avait décoché un courrier aux éditeurs locaux, pointant, selon le directeur David Day, que « les auteurs dans le monde entier vivent des circonstances difficiles. [Ils] sont habitués à vivre dans des greniers, mais maintenant, ils n’ont même plus de fenêtre. » 

 

« Si l’industrie locale est durable et prospère, la collaboration est vitale. Les éditeurs australiens continueront de travailler de façon productive, en partenariat avec les auteurs australiens pour assurer que toutes les parties de la chaîne d’approvisionnement soient correctement rémunérées », répondait Louise Adler, présidente de l’Australian Publishers Association. 


Pour approfondir

Editeur : Somogy
Genre : arts et spectacles
Total pages : 192
Traducteur :
ISBN : 9782757209943

L'Australie des explorateurs francais

de Mouchet, Frederic

Six grandes expéditions françaises se sont succédé sur les côtes australiennes au cours des XVIIIe et XIXe siècles. Entre photographies contemporaines, dessins d'expéditions et commentaires historiques, ce livre nous plonge dans l'univers grandiose et déroutant d'une Australie intacte, fidèle à l'environnement que ces marins explorateurs ont abordé il y a plus de 200 ans.Six major French expeditions to the Australian coast took place over the course of the 18th and 19th centuries.

J'achète ce livre grand format à 35 €