"L'iPad a tué l'industrie finlandaise du papier", assure Alexander Stubb

Antoine Oury - 14.10.2014

Lecture numérique - Acteurs numériques - Apple iPad Finlande - industrie papier édition - Nokia premier ministre


Les technologies numériques ont été désignées comme « disruptives », par la façon dont elles bouleversaient totalement les acquis en matière d'habitudes, d'attentes ou de modèle économique. Les industries de Finlande en savent quelque chose, et notamment ces deux fers de lance, Nokia et l'industrie du papier. Deux institutions du pays qu'Apple a complètement remises en cause.

 


Frankfurt Buchmesse

La Finlande, invitée d'honneur de la Foire de Francfort 2014 (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

On connaît l'histoire de Nokia, constructeur autrefois quasi monopolistique dans l'industrie de la téléphonie mobile des années 90, mais moins celle des deux plus grands producteurs de papier de l'Europe, UPM-Kymmene et Stora Enso. « Deux de nos champions ont été mis au tapis », résume Alexander Stubb, Premier ministre du pays, sur le plateau de CNBC.

 

La Finlande a vu la note souveraine de sa dette réduite par Standard & Poor's de AA+ à AAA, et le Premier ministre a jugé Apple responsable de ce résultat. Tout simplement : « Un peu paradoxalement, on pourrait dire que l'iPhone a tué Nokia, et que l'iPad a tué l'industrie du papier finlandaise, mais nous allons faire notre retour. »

 

On pourra s'étonner de cette intrusion des intérêts industriels au sein de la politique, mais le Premier ministre rectifie le tir en reconnaissant quelque peu la responsabilité de l'État finlandais dans cet état de fait. « En des temps difficiles, on peut obtenir beaucoup de l'innovation, et je crois que notre rôle public est aussi de créer les conditions pour en profiter », conclut-il.

 

La relation amour-haine avec la technologie, probablement.